Forum général

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationChanger le mode (Arborescence/Tableau)Recharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Pages:  << [1-10] 11 12 >>

Re: La guerre des Empires - Episode III [1293]

Commandant Reavers

Voir son profil

Commandant Reavers

Activité : 1 / 5
Emissaire
125 messages postés


Posté le : 12/05/2007 à 02:04 (Lu 5095 fois)
Répondre
Citer

c'est quoi cette merde ?

Re: La guerre des Empires - Episode III [1294]

le Ranger dérangé

Voir son profil

le Ranger dérangé

Activité : 2 / 5
Prophète
393 messages postés


Posté le : 12/05/2007 à 10:07 (Lu 5092 fois)
Répondre
Citer

ben justement je sais pas....
Mais bon que cela ne te trouble pas, il nous faut continuer !! YEARRR

--------------------------------
J'ai envie de me pendre

Re: La guerre des Empires - Episode III [1295]

Commandant Reavers

Voir son profil

Commandant Reavers

Activité : 1 / 5
Emissaire
125 messages postés


Posté le : 12/05/2007 à 12:38 (Lu 5090 fois)
Répondre
Citer

De l'autre côté du titanesque combat spatiale, a bord du gigantesque vaisseau palais amiral imperial ( un truc de dingue ce vaisseau ) de l'empereur Sbleurg, l'amiral Roblargus regardait avec deception le HAMMER s'éloigner vers la position du PLAGUECLAW. Roblargus avait espéré pouvoir affronter Reavers et l'éliminer personnellement, mais il semblait que ce plaisir allait revenir à leur immonde avatar. Cette deception était néanmoins compensé par le fait que les caridiens allait être aujourd'hui annéantit. Ces imbéciles s'étaient jeté droit dans le plus grand piège de tout les temps. Même une poule n'y retrouverais pas sesp oussins. Mais la n'était pas la question. Maitenant que la flotte caridienne était divisé, le dernier groupe de combat sbleurg allait pouvoir intervenir pour couper la flotte ennemi en deux. Les caridiens ne pourraient pas se regrouper et devrait affronter chacun des forces dix fois supérieure en nombre. Le talent des pilotes et commandant ne jouerais plus et leur défaite étaient innéluctable.
_Dite au commandant Kellgorgs de désactiver le bouclier furtif et d'aller se placer dans le quadrant NB-7.
_Oui seigneur amiral.
Un bruit de sussion sur le duracier fit se retourner Roblargus. L'empereur venait d'entrer sur la passerelle. Depuis qu'il avait reçu la "bénédiction" de Gorlus, ce n'était plus qu'un amas de chair purulente et tentaculaire, au yeux pédonculé qui charriait dans son sillage les pires maladies existante. Tel était la volonté de leur dieu.
_A majesté, tout se déroule comme nous l'avions prévu.
_Evidemment Roblargus. Je vient vous faire un petit cadeau. Je sais que vous révez d'anéantir vous même le commandant du HAMMER. Retournez sur le vaisseau de commandement et occupez vous en.
_Merci ho maitre.
_De rien cette battaille me met d'humeur jouasse héhé, dit il en se frottant les tentacules et en églatant d'un borgorigme qui aurait pu être considéré comme un rire.

Pendant que l'empereur sbleurg se réjouissais, la battaille faisait rage autour d'Eldir. Les groupes caridiens et alliés se battaient contre un ennemi bien supérieur en nombre et le taux de perte commençait à devenir inquiétant. Le groupe 1 mené par le HAMMER avait perçé les lignes sbleurgs qui tentaient de l'encercler laissant un sillon béant de métal en fusion et de corps à la dérive derrière lui. Néanmoins il devait faire face à la terrible Nef sbleurg, renforcé par de nombreux croiseur et des chasseurs par milliers. La passerelle du HAMMER résonnait du tir des turbolaser, du vombrissement des chasseurs effectuant leurs danse mortelle et des différents rapports des officiers.
_Jonhson : Commandant un nouveau groupe de combat sbleurg vient d'apparaitre en secteur NB7 entre nos deux forces !
_Impossible ? On est trop près d'Eldir pour effectuer un saut en hyperespace.
_Ils sont bien là pourtant.
_Wes : le capitaine Adara reporte l'avoir vu se matérialiser sous ses yeux.
_Seul un bouclier furtif ferait cet effet, mais on n'a jamais réussie à l'adapter à autre chose que des chasseurs...
_A priori ils ont réussie.
_Bon de toute façon nous devons continuer notre mission. Il nous coupe notre voie de retraite et de regroupement, ca tombe bien il n'y aura ni retraite ni redittion.
_Commandant le groupe du commandant Owen à achever la force sbleurg en secteur kilo eco 4.
_Très bien qu'il aille donc acceullir nos nouveaux invités.
_Le groupe 6 est presque entièrement détruit commandant, la pression sur notre zone babord arrière est trop intense.
_Qu'il rejoigne le groupe 7 et tienne le plus longtemps possible. Bien nous avons subit jusqu'à maintenant, montrons leurs ce que sait faire la fine fleure de la marine impériale. Parker barre au 108, jonhson transmettez les nouvelles coordonnées de déplacement au groupe 1, concentrez le feu sur les vaisseaux poursuivant une fois la manoeuvre effectuez.
Comme la machine de guerre bien huilez qu'elle est, la flotte caridienne du groupe 1 stoppa momentanément son avancé et se positiona perpendiculairement à ses poursuivants. A bord du vaisseau sbleurg de tête se fut la surprise.
_Heu capitaine il semble se retourner et se vérouiller sur nous..
_Comment ma...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, un déluge de tir de turbolaser s'abbatit sur les slbeurgs, faisant éclater les boucliers et traversant les vaisseaux comme du papier. Les vaisseaux sbleurgs survivants tentèrent de se rallier mais furent éliminer par le groupe 2 qui se trouvait sur son flanc. Celui ci se positiona derrière le groupe 1 afin de lui laisser le champ libre dans son attaque sur le PLAGUCLAW.

_Très bien les gars, c'est là que tout va se jouer, Burkins vous devez tenir le plus longtemps possible, et ne vous approcher par trop du PLAGUECLAW. Eliminé le maximum de vaisseau annemi pour nous laisser le champ libre.
_La victoire ou la mort commandant.
_Oui ba je prefererais la victoire hein. Bien toutes les navettes sont prètes ?
_Affirmatif commandant. La chasse est prêt à vous accompagner.
_Très bien je rejoint le hangar, que caridea sois avec vous.
_Et avec vous commandant.

Reavers passa chercher mathilda dans ses quartiers.
_Il est temps d'aller botter le cul à ses faces d'éponges !
_Ha ba c'est pas trop tot, en plus le chef cuisinier voulait plus me faire des muffins.
_...
_Ba quoi ?
_Non rien, juste que je suis pris d'une grande lassitude tout d'un coup.

Il se dirigèrent vers le hangar 1 ou les navettes d'assaut pleines à craquer de troupes de choc attendaient le signal du départ. Reavers monta dans son starfury accompagné de mathilda.
_Bien ici Caridea leader, notre point d'accostage est au 114.7. Des qu'un groupe à atteint la coque il commence immédiatement les opérations de découpage de la coque. Les escadrons Mojo Scrouf Caridea et Tête brulé se chargeront de vous couvrir. Assez parlez on décolle !

Le groupe d'assaut sortie du hangar du HAMMER et se dirigea vers le PLAGUECLAW, tandis que la flotte lui ouvrait un chemin à coup de turbolaser.
_Escadron Scrouf attaquer ses torpilleurs, ils ne vont faire qu'une bouché de nos transporteurs !
_Bien reçu Caridea leader.
L'escadron scrouf se deporta en direction des torpilleurs ennemis et les arrosèrent de généreuse salve de laser afin de dévier leurs course.
_Restez dans la formation, nous allons passer à travers la chasse ennemis.
Les deux formations se croisèrent en se déversant mutuellement des flots de laser. De nombreuse explosion se produisirent lorsqu'ils se croisèrent mais tout les transports s'en tirèrent sans trop de mal grace à leur puissant bouclier.
_Mojo 4 il y en a trois sur ton babord, décroche !
_Ici leader tête brulé on va vous ouvrir la route groupe d'assaut.
_Caridea 8 : ils essayent de nous pr.... fghzzzzzzzzzzzzzzzzz
_Caridea leader pour le HAMMER, faite moi sauter cette canonière ou on va tous y passer ! On vient de perdre une navette !
En effet une canonière sbleurg avait contourné la formation et annéantit un transporteur de ses nombreuses batteries. La menace fut efficacement contré par un tir chirurgicale de turbolaser qui détruisit la canonière.

Tant bien que mal le groupe d'assaut se fraya un chemin jusqu'au plagueclaw, les 3 navettes survivantes commencèrent à ouvrir une brèche dans la coque pendant que les chasseurs les couvraient.
Reavers arrima son starfury à une des navettes et alla s'équiper avec ses hommes.
_Bon tout le monde est paré Yeld ?
_Affirmatif commandant
_Et c'est qui lui ?
_Comment ça lui ?
Reavers désigna un homme recroquevillé dans un coin.
_Chui qu'un pauvre laveur de carreaux vot' seigneurerie.*
_Qu'est ce que vous fouttez la ?
_Bé j'faisions les glaces d'la navette quand elle est partie la bougresse !
_Bon vous savez vous servire de ça, demanda a t'il en désigant un fusil d'assaut.
_Bé vot' seigneurerie mon vieux à servis dans l'infantrie pour la guerre de 4832, pour sure.
_4832 ?? Mais... Bon bref tenez prenez ça et suivez les ordres. Bon et toi mathilda prend cette armure corporelle ca devrait être à ta taille.
_Hein ?? Mais je veux pas enfiler cette saleté !
_Cette saleté coute 50 000 crédits pièce comme tu dis, et c'est le meuilleur moyen de survivre à un tir de blaster.
_Mais j'en veux pas ! Je suis une guerrière de la lune en uniforme ! POUVOIR DE VENUS, TRANSFORME MOI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Et mathilda se transforma en Sailor Venus. Reavers s'assit dans un coin.
_Un ptit remontant commandant ? Demanda Yeld.
_Ouais c'est pas de refus. Bon ba allons y.
Et il decocha un coup de pied dans le morceau de blindage qui venait d'être découpé et entra à bord du PLAGUECLAW.







Re: La guerre des Empires - Episode III [1296]

le Ranger dérangé

Voir son profil

le Ranger dérangé

Activité : 2 / 5
Prophète
393 messages postés


Posté le : 13/05/2007 à 19:26 (Lu 5084 fois)
Répondre
Citer

Le groupe de tête mené par Darillian approchait rapidement du vaisseau palais impérial amiral. Face à eux se trouvait un impressionnant rassemblement de vaisseaux sbleurgs répartis en U, au centre le vaisseau amiral et son escorte de 32 vaisseaux, sur le flanc gauche un groupe de 12 vaisseaux légers allant de la canonnière à la frégate multifonctions. Sur le flanc droit une autre formation de 12 vaisseaux allant de la frégate au croiseur léger.
Le groupe coalisé se scinda en deux, les vaisseaux astiens et smuc semblaient s’enfuir. Les Sbleurgs commencèrent à se marrer sur la passerelle du GJJHURJ.

_ Mouahahahahah les bandes de moules farcies, ils s’enfuient. C’est trop con, on va les enfiler les p’tits caridiens.
_ OUAIIIIII, ca va être génial.
_ Tais toi donc, serveur et va me chercher une menthe à l’eau, aujourd’hui c’est la fête.

Pendant ce temps le groupe du SPIRIT dévia de sa trajectoire pour rejoindre le flanc droit des Sbleurgs. Sur la passerelle, Darillian était partout.

_ Barre au 3.1.5., augmentez la vitesse au maximum de la puissance des réacteurs. Transmettez mes ordres à tous les vaisseaux de la formation. Allez me cherchez un café. Préparez l’armement, je veux que tous soit opérationnel au moment propice. Artilleur Général, définissez moi une solution de tir. Enseigne, une part de tarte. Repassez au cap 2.0.5., Enseigne j’ai changé d’avis je veux une part de gateau chocolat toblérone banane chantilly.
_ Monsieur, nous sommes à portée de tir du groupe de sbleurgs.
_ Monsieur le flanc gauche de la formation sbleurg fait mouvement dans notre direction.
_ Parfait ils vont avoir une belle surprise.

Le groupe sécessionniste passa en hyperespace. Cette fois il ne faisait aucun doute pour l’ennemi que les alliés des caridiens étaient en train de les trahir. Mais à leur grande désarroi les Smuc et les Astiens réapparurent sur leur arrière, rejoint par une nouvelle formation de vaisseaux caridiens, la 5ème Flotte, ils représentaient désormais une force de combat de deux cents vaisseaux de combat. Les Sbleurgs croyaient vraiment que l’Empire ne se douterait pas du piège qu’ils leur tendaient. Pathétique. Qu’espéraient-ils ? Détruire un Empire pluri millénaire n’était pas chose aisée, surtout lorsque toutes les races s’étaient unies contre un ennemi commun.
Les nouveaux arrivants accompagnés des Smuc et des Astiens enfoncèrent les lignes ennemies coupant ainsi la formation sbleurgs en deux, les plus gros vaisseaux au centre étaient maintenant pris en tenaille. Une bataille monstre.
Sur le SPIRIT, tout le monde s’affairaient. Le buraliste avait été contraint de fermer boutique. On lui avait assigné une unité de turbolaser auxiliaire.

_ Vous êtes qui vous ??? s’écria le soldat Rimkins
_ Ben chui le buraliste tu me reconnais pas, pourtant je t’en ai vendu des doudounes magazines.
_ Euh….
_ C’est quoi ce boxon ?
_ Rien rien chef, une nouvelle recrue héhéhé
_ Ah mais c’est dédé le buraliste, t’as reçu le dernier numéro de Douilles et Gachettes ?
_ Euh j’attends une livraison la semaine prochaine Chef.
_ Parfait, prend ton poste artilleur, et surtout crèves pas. J’y tiens à mon numéro de Douilles et Gachettes, y a la nouvelle mitrailleuse à double percolateurs iodés. MMMMMMMMM un chef d’½uvre d’outils multifonctions.
_ Euh par contre je fais quoi ?
_ C’est comme à la pétanque, tu pointes et tu tires niark niark
_ Cool.

Dédé commença à manier les leviers faisant bouger l’ilot du turbolaser dans tous les sens. Le chef passait sans menagement d’un coté de la cabine à un autre, se fracassant son coccis artificiel sur les parois.

_ Mais qu’est ce que tu fous boudiou !!!
_ Ben je cherche le cochonnet.
_ ...
_ Qu’est ce qu’il y a chef, c’est pas ça qu’il faut faire ?
_ Super je suis tombé sur un comique.
_ Pas du tout je suis de Dalriada
_ ….
_ Ben quoi
_ Tais toi, sérieux tais toi parce que tu me crispe.
_ rolls ??

PIF PAFF PAF CRAC BOUM

_ Aieuhhh
_ Maintenant on va pouvoir parler
_ Ben flus tfellement, vai la maffoire café, aie, vai mal, au fecours
_ T’en reveux une couche.
_ Non non merfi fa va aller
_ Bon on va dire que le cochonnet c’est le gros vaisseau sbleurg tout moche droit devant.
_ Okay, f’est parti.

Les tirs commencèrent à pleuvoir sur la frégate qui faisait face au Super porte nef, un déluge qui avait déjà commencé depuis bien longtemps, mais le turbolaser 6-49B 33 alpha 13 fit sa part. Surtout lorsqu’il toucha la fosse cryogénique à excrément des toilettes du bâtiment. On rapporte que l’équipage n’aura pas souffert suite au bombardement, ceux-ci ayant été rapidement asphyxiés par les odeurs nauséabondes du compartiment des toilettes privés du commandant.
D’ailleurs le nuage de gaz s’évaporant s’embrasa sous les coups de turbolasers et acheva le navire sbleurg, ce nuage s’étant propagé aux alentours s’attaqua aussi aux corvettes alentours dont les boucliers déflecteurs lachèrent instantanément. Le groupe du SPIRIT n’eut plus qu’à asséner sa puissance de feu sur les vaisseaux vulnérables. Un feu d’artifice digne du 14 juillet et de la fêtes de la libération des moules du bassin d’Arcachon se produisit suite à l’explosion desdits vaisseaux.
Un vaisseau sbleurg tenta une retraite en emportant nombre de cackdors qui assuraient normalement sa défense, mais il percuta un croiseur de combat sbleurg qui s’était lui aussi détourné du groupe de tête du vaisseau palais impérial amiral. Autant vous dire qu’un merdier digne de ma chambre à coucher s’emparait du champ de bataille, même la station mir ne serait pas arrivée à bout des taches de sang sur les plaques des vaisseaux détruits.

Pendant ce temps sur Peterna, une manifestation d’agriculteurs se tient devant le palais du consul pour protester contre la hausse du prix du quintal d’avoine.


--------------------------------
J'ai envie de me pendre

Bande de Hippies!!!! [1484]

Son of a Pitch

Voir son profil

Son of a Pitch

Activité : 1 / 5
Sanctifié
168 messages postés


Posté le : 24/05/2007 à 13:43 (Lu 5068 fois)
Répondre
Citer

Dans la salle de séjour, les frères Karamasov étaient totalement en stress. En effet, Kovalski qui était censé surveillé Noémie était parti démouler un colombin, quand à Grissom, il était parti chercher de quoi nourrir les deux fenneks dans la réserve. Noémie était seul avec les deux boules de poils et n’avait qu’une idée en tête : Les exterminer comme Bernard. Les fenneks étaient bloqués dans leur cage. Il n’y avait aucune issue pour eux. Noémie s’était déjà armé d’un coupe papier alors que les deux victimes cherchaient encore un moyen de la contrer.

_Michel Karamasov : Scrouiccc tweeek schlak clac clac
_Jean Pierre Karamasov : Flouite ?
_Tak tak !!!
_Schlaouf !!

Jean pierre attrapa la mangeoire tandis que Michel se saisit de la pipette à eau. Noémie rampait tant bien que mal vers son objectif. Les deux fenneks se protégeaient comme ils le pouvaient avec leurs armes de fortune. Noémie attaqua, Michel contra tant bien que mal mais la pipette cassa. Il était tout ue et se protégea derrière Jean Pierre mais la tueuse de fenneks était vindicative et elle insistait. Les deux petites boules de poils étaient prêtes à craquer. Le coupe papier transperça la mangeoire et la patte avant gauche de Jean Pierre qui du lâcher son bouclier de fortune. Ils étaient maintenant à porter quand Puppets rentra dans la pièce…

_Puppets : NOEMIE ARRETE CA TOUT DE SUITE !!!!
_Noémie : bah… bah… OUINNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNNN !!!!

Evidemment elle était triste mais il fallait bien qu’elle arrete ses conneries cette petite conne. Kovalski s’occupa de soigner le fennek blessé tandis que Puppets mis sa fille en quarantaine jusqu’à ce que le colis soit livré. Mais la petite fille n’avait pas dit son dernier mot…

L’équipe arriva à proximité d’Oridiss, où ils devaient livrés les fenneks, quand Grissom voulu allait les chercher, il ne vit que deux formes poilu gisant dans un amas de tripes et de sang et à coté d’eux, une gamine couverte de sang au sourire satisfait.

_Grissom : Mon dieu !
_Puppets : Mais qu’est ce qu’on va faire !!
_Sybille : Bah on va dire à notre employeur qu’on a échoué. Et puis on verra bien.
_Puppets : Mouais, il ne reste que ça à faire de toute façon.

Nos aventuriers étaient maintenant arrivés à leur lieu de rendez vous sur Oridiss dans le village de Tilleul, une contrée rempli de Hippies fumeurs de hash, ce qui n’étaient pas pour déplaire à Servietsky. Le contact était assis dans un bar et il picorait des champignons hallucinogènes tandis qu’il buvait de l’absinthe alors que la température était de 40°C. Il avait pas l’air net. Son nom était Bastos :

_Bastos : vous avez mon colis ?
_Puppets : Euh…
_Et bien quoi vous n’avez pas compris ? Vous êtes dur de la feuille ?
_Non…
_Alors dites moi où est mon colis avant que je me mette en pétard !
_Euh… Il est mort le colis.
_Quoi !!!!?
_Désolé…
_Bah tant pis.
_C’est tout ?
_Bah ouè comme vous voyez je ne roule pas que les R et je n’avale pas que de l’air donc je suis pas en état de vous faire quoi que ce soit. Néanmoins j’aimerai que vous fassiez quelquechose pour moi.
_Euh, bien sûr ?
_Vous allez allez sur la lune caché de Gluchtax et faire exploser la base d’arme chimique de ses saloperies d’éponges qui me tuent mes clients.
_Mais… C’est chez les Sbleurgs !??
_Soit vous acceptez, soit je vous envoi mes gardes du corps surentraînés pour vous tuer !
_Quoi ?
_C’est oui ?
_Je crois que j’ai pas vraiment le choix…

Après avoir eu les coordonnées de cet endroit inconnu, l’agence sans risque partit vers son nouvel objectif qui pourrait bien être un peu plus utile que d’empêcher les clients de Bastos de disparaître. Puppets appris que cette mission était en fait réservé aux fenneks car la base en est rempli. Ces fenneks sont dressés pour prévenir les gardes sbleurgs en cas d’intrusion de chose longue et dure dans… euh non juste en cas d’intrusion dans la base.


--------------------------------
Do you remember, we called you Puppy...
Now, your one of us, we call you Familyyyyyyyy!!!!!!!!!

Re: La guerre des Empires - Episode III [1486]

Commandant Reavers

Voir son profil

Commandant Reavers

Activité : 1 / 5
Emissaire
125 messages postés


Posté le : 24/05/2007 à 22:31 (Lu 5065 fois)
Répondre
Citer

Reavers et le gros du commando Caridien avançait lentement à bord du PLAGUECLAW. Ils n'avaient pas rencontré beaucoup d'opposition, ce qui commençait vraiment à stresser tout le monde.
_Mais putin ils sont ou ces enfoirés de Sbleurgs ?
_Peut être qu'ils ne font juste pas attention à nous ?
_Merci Yeld, c'est très réconfortant.
Soudain Raymond le laveur de carreau eu un hoquet de stupeur.
_R'gardé vot' seigneurerie !!!
_Quoi ?! ou ? quoi ?!
_La grand' baie tout en glace, ca s'voit que l'boulot est pas fait par un pro alala regardé moi cette crasse ! Pis ils usoient surement pô le bon produit non d'un grox. J'srai eu je f'rai quand meme appel à un professionnel d'la glace vous voyez vot'seigneurie pasque les traces commeu ça sur les carrô ba...
_Cooper faite le taire.
_A vos ordre commandant
PZIUUUUUUUUUUUUUUUU
_Je ne pensais pas à ça cooper...
_Désolé commandant, mesure d'urgence.
Dans un grand soupir Reavers ordonna au commando de ce remettre en marche.

Pendant ce temps, la bataille faisait rage autour d'Erediss. La mêlée commençait vraiment à devenir indescriptible, et les forces alliés caridienne luttaient contre la horde sbleurg supérieure en nombre. L'amiral Burkins à la tête du groupe 1 et 2 tentaient tant bien que mal de réduire la supériorité sbleurg dans son quadrant. La situation n'était cependant pas au beau fixe.
_Wes : Amiral nous avons une brêche dans la coque au niveau du pont 16 à bâbord !
_Fermé les sas du niveau, toute la puissance des moteurs dans les boucliers. Dites au PRICELESS de venir se positionner sur notre bâbord.
_On va faire une cible facile en étant stationnaire.
_Oué ba de toute façon le connard qui réussirait à louper un super croiseur de 12 kilomètres de long il n'a qu'à se reconvertir dans la manutention de salade !
_Heu certes commandant.
_Notre devoir est de laisser le temps aux groupes d'assault d'accomplir leurs mission, notre survie est optionnel.
_Comment ça optionnel ?
_Vous m'avez entendu lieutenant. Bon sang mais faites moi sauter ce croiseur au 107.5, ou vous voulez peut être que j'aille leur lancer des bols de riz au lait ??

La situation n'allais pas tarder à être désespéré.

El Gringo [1487]

Son of a Pitch

Voir son profil

Son of a Pitch

Activité : 1 / 5
Sanctifié
168 messages postés


Posté le : 25/05/2007 à 01:24 (Lu 5059 fois)
Répondre
Citer

Une nouvelle ère est en marche. Les dieux avaient prédit un changement. Un jour, beaucoup de choses seraient bouleversés. Le monde ne serait plus jamais pareil après ça. Les mentalités changeraient, la vision des gens sur leur univers pathétique serait transformé et la vie elle-même renaîtrai. Ce jour est enfin arrivé.

_Grissom : On a reçu notre nouvelle machine à café !
_Gné : Gnééé ?
_Grissom : La Symtrex 3000 !
_Sybille : Oh mon dieu !!
_Kovalski : Ils ont tué Kenny ?

PAFFFFF TCHING POULOUM TSOING TSOING

_Puppets : Espèce d’enfoiré… On parle de la Symtrex 3000 !
_Kovalski : Désolé capitaine.
_Sybille : C’est drôle ce bruit jazz quand tu tape des gens…
_Puppets : C’est déroutant, ça me fait ça depuis quelque temps maintenant.
_Sybille : Ouè en effet. Ca me rappelle quelqu’un mais impossible de mettre un nom dessus.
_Puppets : Hum… Et bien cherche encore.
_Sybille : J’y penserai.
_Puppets : Mais à propos, où est passé Servietsky ?
_Grissom : Je crois qu’il est resté dans le village de la défonce…
_Kovalski : Bof, c’est pas une grosse perte.
_Grissom : Ou un gros Kanban ! HAHAHAHAHA
_Gné : Gnééé ?
_Puppets : Gnééé ?
_Grissom : HAHA ! PERT/Kanban !
_Sybille : Gnééé ?
_Grissom : Non ? HAHA !
_Kovalski : Gnééé ?
_Grissom : HAHA ! Gnem… Euh… Ok je suis le seul à comprendre.
_Puppets : On dirait bien en effet.
_Gné : GNEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!
_Puppets : Meme Gné semble d’accord !
_Gné : Ah ouè et pourquoi ?
_Puppets : …

SPLOING TING TING TITITING TUDUTUTUTUDUDUTU BLOING BONG BING BING BLOING BLING BING BLOING SCHPLINGGGGGG
_Sybille : Ouaw, le solo Drum and bass sur la tête de Gné…
_Grissom : Impressionnant !
_Puppets : Déroutant…

L’équipage arrivait maintenant en zone Sbleurg ce qui devenait très dangereux. Heureusement, le CLENCHING THE FISTS OF DISSENT était équipé d’un système de vol furtif très efficace, qui pouvait brouillé n’importe quel radar et ne rendait visible le vaisseau qu’à moins de 400 mètres, autant dire une broutille dans une botte de foin. Les coordonnées de la planète Gluchtax étaient entrées dans l’ordinateur de bord, l’équipage pouvait donc voyager l’esprit tranquille quand soudain… Rien en fait c’était pour vous faire peur.

_...Ici un modèle très fashion de chez Givenchli, avec des matières exeptionnelles tels le spontex et le scotch-brit. La coiffure est réalisée par Frankiprovotus et la chorégraphie est de Kamelahouiyus…
_Sybille : Putain, on capte que des chaînes de merdes dans cette région.
_Grissom : Bah, c’est la télévision Sbleurg tu sais.
_Ouè bah c’est pas une raison pour avoir des programmes aussi pourris qu’à la télévision Caridienne.
_Tu marque un point.
_Kovalski : Et jeu set et match ! Tape tape la balle !!!
_Grissom : Erm…
_Sybille : Capitaine ? Envie d’une impro ?
_Puppets : Non merci ça ira pour ce post…
_Comment ? Qu’est ce que vous avez dit ?
_Euh… Je vais me prendre un café…
_Grissom : Vous avez raison capitaine, le café de la Symtrex 3000 est bien meilleur que celui de la grand-mère de Johnson.
_Gné : Gnééééééé ! Gné, gné gné gnééééééé…
_Sybille : Excusez moi, mais vous vous rendez compte que ce que vous dites n’a aucun sens ?
_Puppets : Et alors, un gymnaste est-il forcément coupable ?
_Hein ?
_Bah je répond à ce que viens de dire Gné.
_Gné : Gnééééééé gnnnné gggnnéé.
_Puppets : Ah bah dans ce cas tout s’explique.
_Sybille : Evidement…

Le vaisseau était maintenant à proximité de Gluchtax, cette lune n’était en fait qu’une immense usine d’armes chimiques, la sécurité y était très importante et de nombreux vaisseaux de convoyage pour l’armée étaient présents. Les Sbleurgs préparaient quelquechose ici mais il était trop tôt pour savoir ce que c’était. L’équipage allait devoir redoubler de prudence pour accéder au c½ur du réacteur qui fournissait toute son énergie à la base. C’était l’objectif que comptait atteindre Puppets et ses acolytes pour détruire cet endroit.


--------------------------------
Do you remember, we called you Puppy...
Now, your one of us, we call you Familyyyyyyyy!!!!!!!!!

tous sur le pont... d'avignon. [1510]

le Ranger dérangé

Voir son profil

le Ranger dérangé

Activité : 2 / 5
Prophète
393 messages postés


Posté le : 06/06/2007 à 20:32 (Lu 5040 fois)
Répondre
Citer

Le SPIRIT OF THE UNIVERSE et son groupe de combat venait de percer les lignes de défenses de la flotte de commandement sbleurg. Certains vaisseaux ennemis restaient malgré tout assez offensifs et offraient également une puissante réserve d’armement. Il fallait les investir. Dans les hangars, les groupes d’interventions de Space Marines trépignaient. Le Colonel Stevender tentait tant bien que mal de faire régner la discipline au sein de ses rangs.

_ Nom d’un pétard, le prochain qui propose une mutinerie juste pour se marrer je lui résilie son abonnement à Doudounes Magazine.

Un souffle d’horreur traversa les soldats d’élites.

_ M’enfin vous ne pouvez pas, c’est pas syndical.
_ Grand couillé, les syndicats ont été dissous il y a plus de 5000 ans. Alors vous fermez vous grands fourneaux à pain sinon le Commissaire Impérial viendra pour en zigouiller un ou deux.
_ Ok ok mais quand est ce qu’on attaque parce que fusillez les blattes du hangar ça nous calme pas.
_ Rooooh ben si vous voulez, vous pouvez jouer au jeu du gobelet.
_ Ouaiiii

La sirène retentit aussitôt. Tout le personnel se détourna de sa tache pour écouter les instructions de la passerelle.

_ Ordre au personnel de combat et d’intervention en milieu spatial de se tenir prêt. Les vaisseaux vont débarquer les troupes pour l’offensive et la prise de contrôle des appareils ennemis. Pour l’EMPIRE.
_ OUAIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII

Un vacarme assourdissant emplit soudain les hangars, les hommes vérifiaient leur armement. Les réticules de visée étaient passés à la peau de chamois, les combinaisons thermiques activées, l’armure de combat anti impact sanglée. Les soldats enfilèrent leurs casques de combat hermétiques et contrôlèrent l’arrivée d’oxygène. Puis les groupes s’organisèrent autour de leur commandant.

_ Allez on se remue les harpions, bandes de branlouzes. Vous pourriez même pas buter un poulet comme ça.
_ Monsieur, nous avons un problème de snipers.
_ Comment ?
_ Oui il nous manque les munitions en protonium ultra enrichi.
_ Lieutenant allez chercher l’Intendance.
_ A vos ordres. Ah ben non regardez, ils sont là. Dans le caisson à ordures ménagères du régiment.
_ Ah ben bravo qui a fait le rangement ?
_ Euh…. Ben je crois bien que c’est Stenton Colder
_ Privé de dessert pendant deux mois.
_ Bien monsieur.

Une nouvelle sirène retentit.

_ A tous le personnel non combattant, évacuez les hangars immédiatement dans cinq minutes les portes seront ouvertes et les champs de rétention d’atmosphère seront coupés pour permettre l’envoi des Space Marines.

Le groupe d’intervention de tête, les Rangers dérangés, était placé directement sous les ordres du Colonel Stevender. Ils étaient spécialistes en infiltration de vaisseaux et en minage. Ils portaient la marque distinctive des régiments de Lethal, la cape de camouflage multi usage. Les plus féroces et impitoyables. La Légende veut que les premiers régiments de Lethal fussent composés par des enfants que le Dieu aurait eus avec des mortelles. Ils avaient hérités de la hargne du Dieu guerrier mais aussi de son habileté au combat. Ils avaient aussi la réputation de tirer sur tout ce qui bouge même en période de paix et surtout dans les bordels galactiques…

Les portes du Hangar principal s’ouvrirent sur le vide galactique. Les soldats étaient alignés d’une manière spartiate, face à eux, le croiseur sbleurg amiral de l'empereur amoché mais toujours opérationnel. Les troupes de combat s’élancèrent dans l’espace, propulsées par des jetpacks.
Plusieurs furent tués par les turbolasers, arrivés à proximité de la coque, les Space Marines enclenchèrent leurs semelles magnétiques et s’arrimèrent au vaisseau ennemi. Les Rangers dérangés commencèrent leur travail d’orfèvre. Silvaner et Gewurztraminer apposèrent des charges de C5 en forme circulaire. Les autres positionnèrent des charges sur le turbolaser le plus proche et le firent sauter, afin de couvrir leurs camarades.
Les deux sergents mineurs se mirent à couvert après leur besogne derrière une tourelle de guet et de calcul stratégique. Les charges explosèrent à l’unisson libérant l’air contenu par le vaisseau et expulsant au passage quelques sbleurgs.
Les troupes restées en stationnaire autour du théâtre des opérations s’engouffrèrent dans le passage de fortune et commencèrent leur progression.

_ Allez les gars, on va se les faire.
_ Ouai comme en 40.
_ Gné
_ Ben ouai la guerre de 40.
_ Tu serais pas terriens toi ?
_ Si, sergent Lebeau, 3ème d’infanterie de Charente Maritime.
_ Ouai c’est ça ta gueule et bouge toi le fion. Droit devant.
_ Ouai droit au but !! Comme à l’OM
_ …. Tu seras en première ligne, petit con.
_ Cool, j’espère que les cages sont pas trop loin mouaahahahah

PIIFFFF PAFFFFFF CRAC

_ Aie mais euh….

La première porte du SAS de protection explosa au même instant. La conquête du vaisseau commença pour de bon.


----------
Edité le 27/06/2007 à 17:02 par le Ranger dérangé

--------------------------------
J'ai envie de me pendre

Surprise !

Son of a Pitch

Voir son profil

Son of a Pitch

Activité : 1 / 5
Sanctifié
168 messages postés


Posté le : 16/06/2007 à 18:10 (Lu 5028 fois)
Répondre
Citer

La marche des vertueux est semée d’embûche de noël mais la n’est pas le propos. En effet, il se passe un tas de choses sur le CLENCHING THE FISTS OF DISSENT. Mais nous ne les évoquerons pas toutes car qui se préoccupe de l’épilation du maillot de Grissom ou bien de Puppets qui change les couches de Gné ? Et bien il y a bien quelques pervers dans ce monde mais il y a aussi les autres. C’est pourquoi nous parlerons de l’approche du vaisseau de nos compères vers Gluchtax…

En effet, le CLENCHING THE FISTS OF DISSENT devait être d’une furtivité extrème dans cette zone. Les vaisseaux Sbleurgs grouillaient tels des asticot dans le nombril de Barbara Streisand. (Oui, j’ai bien dit le nombril…)

_Puppets : Chaud, yen a partout.
_Sybille : Les vaisseaux ennemis pullulent tels des ours dans une église !
_Puppets : Hein ?!?
_Grissom : On ne dit pas « Hein », on dit « Comment ? »

PAF TCHIN TCHIN TOUBOUBIDOUM

_Puppets : Bah moi je t’emmerde.

Le vaisseau de nos amis passa très proche des navettes Sbleurgs mais le camouflage marchait apparemment au poil. Il restait maintenant à trouver une entrée discrète…

_Kovalski : On va pouvoir passer par le secteur G7-48B-3-0-GHYPLOI-098.
_Puppets : C'est-à-dire ?
_La bouche d’aération sur le toit.
_Bien. On prépare notre équipement.
_Sybille : Paré à l’assaut capitaine !

L’équipe de choc pouvait maintenant s’infiltrer sans problème à l’intérieur. Les gardes fenneks étaient extrêmement nombreux mais Grissom avait eu la bonne idée d’emmener Noémie tandis que Kovalski gardait le vaisseau encore une fois. Sybille et Noémie éliminaient discrètement les fenneks et l’équipe pu se rendre à l’endroit où ils devaient poser la charge explosive. Il restait un long couloir et une porte avant d’entrer dans le c½ur du réacteurmais à ce moment là…

_Grissom : Des fenneks ! Ils attaquent de tous les côtés !
_Puppets : On a été repérer…
_Gné : GNEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!
_Vas y Gné, détruit les, on ne fait plus dans le furtif maintenant…

Gné y allait comme un sanglier dans un tribunal, mais celle qui éliminait le plus de fenneks restait Noémie. Son acharnement sur les petites boules de poils étaient d’une violence incroyable. La scène de massacre à la tondeuse de Braindead, c’était du flan au vomi à coté de ça. Elle les décapitait, les éventrait, leur tordait le cou tout ça avec une aisance et une facilité déconcertante. Son nouveau nom de code : « Black Vulpes zerda »

_Puppets : Et bien Grissom, vous avez été altruiste d’emmener ma fille.
_Grissom : Je savais qu’elle avait du potentiel.
_Puppets : Bon Gné, tu ouvre la voie jusqu'à la porte, je te suis avec Sybille. Grissom et Noémie, vous restez à l’arrière et tuez ces saloperies !

Gné fonça droit devant avec sa Morgenstern de disruption (+12 contre les animaux pileux) et Noémie fermait la marche sous la surveillance de Grissom. Mais de la porte sortir une douzaine de Sbleurg armé jusqu’au dents.

_Puppets : Grissom ! Faites sortir Noémie d’ici on s’occupe du reste !
_Grissom : Ca marche.
_Puppets : Gné ! Fait leur bouffer leur face de Grox !
_Gné : Ok cha roule ! GNEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!!!

Le combat était rude et violent et Gné fut bientôt submergé par ses assaillants. Puppets et Sybille éliminèrent quelques ennemis et passèrent la porte du c½ur du réacteur. Gné lui, s’en sortirait de toute manière, vu son expérience acquise conte les CICS. Dans le c½ur du réacteur, une lumière blanche éclatante s’alluma…

_ ??? : Vous voici donc enfin ici…
_Puppets : Gné ?
_Gné (à travers la porte) : GNEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!
_ ??? : Vous pensez peut être que tout ceci n’est que le fruit du hasard, mais la vérité est ailleurs.
_Sybille : Qui êtes vous ?
_ ??? : Je m’appelle ???, je vous sui depuis longtemps à vrai dire mais laissez moi vous racontez. Vous avez fait partie il y a de cela plusieurs siècle d’une expérience scientifique. Vous aviez tout deux, ainsi que de nombreux autres, acquis des pouvoirs surnaturels au niveau de l’agilité, de l’intelligence ou de votre force. Malheuresement, vous êtes devenu incontrôlable. Vous vous êtes aperçu que nous vous manipulions et nous vous avons nettoyer le cerveau, puis placé en chambre cryogénique afin de vous faire réapparaître dans une situation tel que celle-ci. En effet, notre nouvelle expérience consistait à faire de vous des machines de guerres en vous stimulant le cerveau pendant votre sommeil cryogénique. Malheuresement, nous avons perdus le contrôle de votre cerveau à un moment donné. Nous avons du prendre des mesures et beaucoup de sujets ont subis quelques dommages. Sybille Pilot et Esteban Puppets, vous êtes nos deux résultats positifs à l’expérience, tout les autres sont morts.
_Puppets : Quoi ?
_Sybille : Mais… mais… c’est impossible !!!
_ ??? : Et bien c’est la vérité.
_Puppets : Mais qui êtes vous ? Pour qui travaillez vous ?
_Sybille : Et qu’allez vous faire de nous ?
_ ??? : Vous le saurez bien assez tôt…


--------------------------------
Do you remember, we called you Puppy...
Now, your one of us, we call you Familyyyyyyyy!!!!!!!!!

Trail of darkness [1516]

lagi le dragon

Voir son profil

Activité : 1 / 5
Emissaire
113 messages postés


Posté le : 18/06/2007 à 18:58 (Lu 5010 fois)
Répondre
Citer

Dans le chaos des explosions, des déchirures spatiaux entropiques et d’épaves vomissant des corps calcinés le contingent 6 de la flotte se battait comme des lions pris en étaux par la 3 ème flotte Sbleurgs.
Seuls leur courage permettait encore à leur batterie de laser d’arracher leurs ennemis à la vie. 3 croiseurs Smuc couvraient de leurs puissants boucliers les destroyers caridiens vibrant de furies en tourbillonnant autour d’eux. Mais les sbleurgs firent déferlés une dernière salve de torpilles à impulsion électromagnétique anéantissant les circuits électriques Smuc et faisant imploser leurs génératrices principales. A la poupe de son navire le capitaine Andrews Shep frappa du poing sachant qu’à présent s’en était fini et pris une dernière bouffé d’oxygène recyclé en attendant la mort venir alors que ces hommes s’affairaient à maintenir la coque en un seul morceau.

Une minute passa plus longue qu’une vie et le même capitaine rouvrit les yeux d’incompréhension, à quoi jouaient ils en face ? Ils ne leur suffisaient que d’un tir pour les envoyer rejoindre leurs ancêtres caridien.

Une nouvelle minute passa avant que le moniteur d’approche ne s’affole. L’étau Sbleurg se desserra laissant place à l’apparition la plus funeste qu’il soi. Du néant opaque de l’espace pénétrèrent trois nefs mères d’origine inconnue. Ces vaisseaux au design démoniaque hérissé de pics et de lames tranchantes comme une mer de rasoirs se dirigèrent vers ce qu’il restait de la 6ème flotte. Se frayant un passage parmi le piège Sbleurg le premier bâtiment subit les tirs Smuc basé sur la technologie d’un armement à flux photonique des plus avancées. La carapace de chitine roussit puis se consuma en un dépôt noirâtre pour finir par craqueler. L’orifice créé se mit à déverser des vésicules aux reflets argentés renvoyant le flux photonique qui diffusa à travers l’espace. La vésicule éclata contre la coque et le liquide visqueux recouvrit le canon principal. Submergé de chaleur l’arme à photon surchargea et entraina dans sa chute l’explosion des circuits de refroidissement occasionnant des dégâts effroyables au croiseur qui explosa en de multiples endroits…
Ces smucs par un trépas si faste ne pourront se rendre compte de la pitié que leur dieux leur ont fait grâce…
Car alors que le plus imposant des vaisseaux continuait sa route vers les 5 destroyers Caridiens ses 2 acolytes s’approchèrent des 2 autres croiseurs smuc. Les Sbleurgs réparties autour du futur festin assaillirent leur victime de tir à impulsion électromagnétique pour faire griller leur moteur afin que nuls ne s’en réchappe, désactivant pour certains la mise à feu de l’autodestruction.
Sur le destroyer principal IRONY OF DEATH le capitaine Andrews contemplait d’un ½il déconcerté les nouveaux arrivants. Ses lieutenants affolés lui hurlaient de revenir à la réalité pour faire front face à la menace. Il ordonna de lâcher le stock de torpille en une fois sur le monstre qui s’en prenait au premier vaisseau caridien et le phagocytait littéralement on ne voyait bientôt plus que les réacteurs inertes dépasser. Au moment ou l’index rongé de spasme stressé du capitaine déclencha la mise à feu, un tir ionique fit exploser la génératrice auxiliaire et plongea le bâtiment dans une obscurité quasi complète. Andrews frappa ce bouton poussoir illuminé de grenat quelques secondes auparavant et aboya de nouveaux ordres à ses équipiers. Ces derniers regardaient, paralysé, l’amas de chair dont la teinte rose pâle gagnait en érubescence au point de rejet de ce qui fut l’ancien fier destroyer SCOURGE OF CARIDA, et qui n’était à présent qu’une armature n’abritant aucune vie.
Les rayons solaires disparurent progressivement du pont principal alors que le capitaine continuait de vociférait ses demandes.
Puis le silence régna lorsque l’éclipse provoquée par le colosse de microorganisme fut totale. La masse progressait vers le IRONY OF DEATH incapable de bouger et occultant les rayons solaires permettant d’alimenter des capteurs photovoltaïque sur la proue du vaisseau.

Tel le moucheron piégé et épuisé dans une toile, l’araignée n’allait pas tarder à faire son office.

Andrews s’accrochait à la poutre métallique devant lui, et luttait pour ne pas perdre conscience devant le spectacle s’accélérant.
En trois battements de cils toute la baie d’observation n’offrait à présent qu’un seul tableau. Loin du majestueux noir ébène parsemé de spots multicolores spatiaux, il n’y avait à présent qu’un tapis de chitine recouvert de pores blanc crème de la taille d’un homme.

La collision marqua la genèse de l’horreur et le premier son qui rompit le serein silence. Puis le crissement de chitine contre la proue qui se déchira en plusieurs points face à la consistance de l’acier. Andrews dégaina son arme de poing et ordonna l’évacuation immédiate alors qu’il percevait distinctement un grattement et un bruit de succion le long de la coque.
Un liquide verdâtre s’écoula rapidement à travers les pores pour recouvrir toute la vitre et fit reculer les plus téméraires, alors que des capsules de sauvetage répartis vers le milieu du vaisseau s’éjectèrent. De gigantesque tentacules saisirent au vol les petits modules s’échappant, pour les conduire dans les pires noirceurs que l’homme aurait pu imaginer tandis qu’à leur bord, femmes et enfants frappaient contre le verre de la capsule de terreur en voyant accourir la muraille de chitine.
Les rares capsules qui parvinrent à échapper aux terribles bras charnues furent prit pour cibles par les tourelles Sbleurg qui les explosèrent dans le vide spatiale comme des ½ufs jetaient contre un mur.
Andrews et ses hommes se précipitèrent vers la porte de secours guidés par les lampes torches de leurs fusils, et durent à cours de pied de biche et de laser, ouvrir le sas non fonctionnel conduisant à la coursive principale afin de rejoindre le pont d’envol. Le dernier rempart de silicium lâcha sous les acides corrosifs contenu dans le liquide vert et sous la pression croissante, encouragé par des millions de milliard d’êtres unicellulaires assoiffés de matières vivantes à assimiler. Le capitaine eut le temps de verrouiller la porte derrière lui avant que les premiers tentacules ne s’emparent de lui et de ses hommes. Agrippé à la poignée et bandant ses muscles pour lutter contre l’assaut bestial, il tituba en arrière et essuya la sueur lui coulant dans les yeux. Le poste de radio explosa au même moment causant un écho sonore d’une fréquence très élevé qui perça les tympans et broya la chaine d’osselet des hommes d’équipage. Andrews se plaqua contre le mur de gauche les mains sur ses oreilles ensanglantés. Sa tête lui tournait comme dans une centrifugeuse, mais il eut assez de concentration et de maitrise de soi pour reprendre le dessus et dirigea son regard vers ses hommes à sa gauche.
Ce qu’il vu ne put le conforter :
La plus grande pièce du vaisseau était assiégée par de gigantesques expansions vivantes, enserrant autour de leur taille ses hommes et les faisant voltiger dans les airs. Sourd, il ne put percevoir les cris de détresse s’emparer de son vaisseau entier. Il courut à travers le couloir pour rejoindre un groupe des combattants d’élites tirant de part et d’autres sur les cibles omniprésentes. De rage il se fraya de son sabre un chemin à travers les masses gigotantes au sol en assénant des coups pour libérer les prisonniers. Sous une odeur persistante de sang, les bactéries furent emplies d’une frénésie incontrôlable et plusieurs tentacules se jetèrent sur des hommes cachés ou blottit dans les recoins leur arrachant des membres sous la diction d’un désir, d’un besoin toujours plus pressant. Les seuls sources lumineuses étaient les tirs des lasers et les étincelles des câbles électriques dans ce maelstrom incommensurable.
Une autre étincelle plus brillante encore régnait en maitre, celle dans les pupilles du capitaine du IRONY OF DEATH luttant de ses dernières forces pour prouver à cette envahisseur qu’un caridien ne donnera jamais plaisir à son adversaire en lui demandant grâce et bientôt il ne fut que le seul homme encore debout se débattant et s’accrochant à la vie.
Le sol jonché de membres ou de tripes encore palpitante fut recouvert d’un agglomérat procaryotique digérant ses matières premières et rampant vers la source de chaleur. Les rangers, puis les pieds du capitaine furent eux même grignoté alors que son visage recouvert de fluide urticant et acide était déjà à moitié rongé. Andrews dont l’adrénaline et les endorphines luttaient contre la douleur fut empoigné pour de bons. Il se sentit s’envoler et décida de mettre fin à sa vie en s’empalant de son arme. L’un des bras le maintenant le détecta et broya son poigné. L’arme tomba dans les méandres putrides.
Les visiteurs venus d’Andromède ont convenu qu’un repas dont l’esprit fonctionnait toujours était bien plus riche biologiquement qu’un cadavre putréfié, ainsi se délectent ils de ne garder qu’une prise vivante.
Andrews se sentit recouvert d’un épais mucus chaud à l’odeur indescriptible. Il le sentit circuler à travers sa gorge et ses fosses nasales se répandant doucement dans son corps. De sa main droite encore valide il frôla un objet, et pria Caridea que ce soit une grenade à fusion.

En tâtonnant l’objet sphérique muni de deux cavités et de reliefs crevassé il reconnut dès lors… le crane d’un nourrisson caridien.


Du haut de sa nef impérial Roblargus se gaussait dans un gargouillement suintant de pu verdâtre tel des bulles de méthane remontant le long d’un marais insalubre.
Il ne pouvait que se féliciter du marché qu’il avait conclut avec les habitants d’Andromède, et il appréciait avec délectation la façon dont les 3 vaisseaux engloutissait le dernier destroyer Caridien et croiseur Smuc. Le tribut à payer pour cette partielle symbiose était bien mineur par rapport au bénéfice que l’empire sbleurg en retirait. Il ordonna à ses unités de prendre en tenaille la flotte de Reavers mais bien sur de capturer son chef afin qu’il puisse lui-même mettre fin de la façon la plus pénible possible à ses jours.



On dit que l’espace est muette comme une tombe, que les ondes sonores ne peuvent se propager à travers son vide… Alors pourquoi ce jour là sur la passerelle du SPIRIT OF UNIVERSE l’empereur des caridiens perçut les hurlements de désespoir, de souffrance et d’agonie de son peuple nourrissant en son sein l’infâme monstre.
Près de lui Darillian les lèvres garnies de toblerone fixait d’un ½il agar les derniers à s’être joint à la fête. La bave chocolatée dégoulinant sur son uniforme laissait à penser sa stupéfaction.
L’empereur pianota sur le bracelet digital qu’il portait à son bras une série de caractère et adressa un bref coup d’½il à Darillian en lui disant d’un air des plus sérieux : « Il me semble que notre division de croiseur lourd dans le quadrant Est réclame assistance mon cher ». Au loin les 3 batiments ennemis faisaient route vers le SPIRIT OF UNIVERSE le plus imposant de tous les portes nefs du secteur et par conséquent le plus gros butin organique se présentant.

A mi chemin les 3 masses s’accoudèrent, se liquéfièrent, fusionnèrent ne donnant alors qu’un titanesque monstre allant jusqu’à faire les ¾ du HAMMER OF JUSTICE pour ainsi aisément phagocyté sa proie. Les aspérités vermeilles se dispersant sur la surface de la bête se diluèrent devant des excroissances dirigées vers le SPIRIT OF UNIVERSE. Les même vésicules argentés furent sécrétées et propulsées vers le porte nef s’attaquant à de multiples corvettes d’assaut sbleurgs. Les andromédiens comptaient sur la masse gélatineuse contenue dans les vésicules pour faire imploser les canons à antimatières du SPIRIT OF UNIVERSE et le rendre inoffensif pour l’aborder, si le SPIRIT était perdu, le combat serait fini pour les caridiens.


L’univers même sembla se déchiqueter devant les vésicules en pleine course, et du néant pénétra le LEVIATHAN.
Les moteurs ioniques courbant l’espace temps se turent, et tout canon dehors, les tirailleurs lâchèrent en cadence renforcé des obus pénétrant par bâbord, piloté par la haine de son capitaine : Dane Flemmings.
Derrière lui sorti de l’espace conventionnel le REDEMPTION, commandé par l’amiral Ollington qui ordonna un tir de semences de ses canons à protons.
Des imposants vaisseaux principaux furent envoyés le déluge de feu implosant l’un après l’autre les vésicules.

REDEMPTION et LEVIATHAN s’appontèrent brièvement par des relais électrostatique et se mirent en position d’assaut latéral de façon perpendiculaire au vaisseau mère ; La puissance de leur canons respectifs fut libérée en une seule salve embrasant la coque des 2 croiseurs.
Sur le même cri primaire des deux commandants, les sabords déversèrent les plus puissantes torpilles contenues sur les deux vaisseaux.
Les obus et tirs protonique percèrent aisément la chitine en de nombreux points afin de permettre aux torpilles de pénétrer au c½ur même du monstre de chair.
Les maitres torpilleurs aux yeux aguerris surent qu’ils auraient droit à une double ration de flan à la bolognaise en voyant leur précieux bébés pénétrer par l’endroit même qu’ils avaient scientifiquement calculés.
Les torpilles creusèrent de leur tête conique un passage à travers le glaire bactérienne et les victimes en cours de digestion. Ollington et Flemmings actionnèrent manuellement la détonation de leurs torpilles provoquant une explosion massive au sein même de l’organisme étranger. Le vaisseau mère gonfla de façon disproportionné et de ses déchirures dans sa carapace jaillir des rays d’une lumière intense et aveuglante.

Il fallut plusieurs secondes pour qu’Ollington approuve la levée du bouclier anti radiation du cockpit principal pour voir où en était la situation. A l’emplacement du vaisseau mère gisait des millions de petits globules épars, brulés pour la plupart par les irradiations.

« Comme vous me l’aviez décrit Ollington, néanmoins j’aurais préféré que votre timing soit quelque peu plus rapide ».
_ Allons vot’ majesté vous savez comme j’aime me faire désirer. Oh mais qui vois je derrière vous, le grand amiral Darillian, eh bien n’ayez crainte mon petit ce machin là c’est ma proie, lorsqu’on aura vérifié que cette cochonnerie est crevé pour de bon on s’occupera de venir en aide à la flotte 3.
_ Et le navire auquel vous êtes … couplé…
_ Quand je vous ai dit que j’aurais du renfort empereur je ne vous ai pas forcément dit duquel il s’agirait, je vous demande une chose : Inutile de leur faire face, ils sont avec nous. Et Darillian vous avez un croiseur de classe 1 qui fait route sur vous par tribord.

Natos éteignit la communication sur ses mots, sachant pertinemment qu’un long discours protocolaire ennuyeux pouvait être raccourci par l’action du champ de bataille. Il s’accouda sur son fauteuil et dévoila ses mâchoires carnassières à son équipage en repensant à sa dernière entrevue :
Plusieurs heures auparavant alors que Reavers et Darillian trônaient à une beuverie sans nom, Ollington s’était infiltré sur le SPIRIT OF UNIVERSE pour parler directement avec l’empereur. Il eut juste le temps de lui montrer une vidéo de leur nouvel ennemi et de retracer son histoire en quelques points tout en dévalisant le mini bar de ses alcools. Natos donna un code secret à l’empereur pour l’appeler dès que les andromédiens montreraient le bout de leur nez. Par une attaque surprise il comptait mettre fin à ces créatures, aidé par un allié dont il ne dit mot. Il savait que la loi martiale ne tolérerait pas l’aide d’un pirate, et l’amiral profiterait du tumulte de la bataille pour faire entrer son alliée en jeu sur l’échiquier de la guerre des empires.

« Enema ou en est on ? »
_ Je capte des signes dans l’infrarouge et l’ultraviolet, peut être une radiation restante de l’explosion.
_ Bien sur ou un poisson rouge dans le derrière de ce demeuré de Smuc… Maintenez l’alerte je n’aime pas ça.
_ Qu’est ze qu’il a mon poizzon rouge ?
_ Sproutch si vous alliez faire un tour du côté de la chambre de stase ! Amiral, on dirait qu’une partie de la flotte Sbleurg s’approche de notre position, je compte 3 croiseurs lourd de classe 2, un artilleur et plusieurs corvettes ainsi que de multiples escadrons de chasseurs.
_ Faites décoller notre chasse ça va nous changer de mettre sur la gueule à ces larves gluantes de médeux. Enema contactez le LEVIATHAN.

_ Alors Natos, qu’as dit ton empereur sur nous autres pauvres pêcheurs, il va nous pendre haut et courts je suppose…
_ Pas aujourd’hui Dane, pas aujourd’hui. Je vais garder un ½il sur cette chose, mais j’ai besoin que tu me garantisses un soutien longue portée…
_ Sbleurgs bien sur, ma foi, l’ennemi de mon ami est mon ennemi, observe Natos et prends en de la graine. BEDIVERE VIENS A MOI!

Sur ce nom les 2 croiseurs se détachèrent et le LEVIATHAN déploya ses ailes rédemptrices pour puiser dans le soleil suffisament d’énergie cinétique et de quoi emplir son bouclier Astien d’assez d’énergie pour éperonner au vif le premier croiseur sbleurg.
Les moteurs ioniques éjectèrent leur fumée verte émeraude et de l’océan stellaire se dégagea le LEVIATHAN fuyant à la vitesse d’un photon.
A quelques kilomètres les croiseurs Sbleurgs engagèrent une première salve, mais l’incroyable maniabilité du croiseur pirate déjoua aisément les tirs et le bâtiment affilé s’engouffra à pleine vitesse vers sa cible. Les croiseurs ennemis durent réajuster leurs tirs et réarmer, c’est tout ce qu’il fallait pour le capitaine Dane.
Des voiles ensoleillé du LEVIATHAN se refléta la même déchirure spatiale que lors de son arrivé. Les contraintes spatiaux temporelles lâchèrent d’un coup, et la flotte pirate entoura en un instant son vaisseau amiral. De droite et de gauche les fleurons de la flotte pirates commandés par le lieutenant Bédivère protégèrent leur maitre en assénant simultanément de leurs canons de proue un tir de barrage destiné à fracasser en une seule et même fois le bouclier ennemi.

« Pirates êtes vous prêts a payer votre dette ! PIRATES êtes VOUS Prêt A VENGER VOS FRèRES !! » Cria le Capitaine Dane Flemmings alors que l’opération touchait à son terme.

Les tirs des croiseurs pirates pénétrèrent de plein fouet le bouclier de la cible, au même moment le LEVIATHAN de son bouclier Astien de proue et de son armature renforcé s’encastra en plein milieu du croiseur ennemi et l’embrocha en son centre. Le croiseur tranché en deux perdu toute capacité, et les lances torpilles aligné le long de la colonne dorsale du LEVIATHAN lancèrent leur précieux contenu pour en finir avec la première victime.

Les bombardiers torpilleur sbleurgs prirent en chasse la Nef pirate, mais derrière eux l’espace reçut une nouvelle déchirure. Alors que les tirs des torpilleurs aller éradiquer le LEVIATHAN les intercepteurs pirates modifiés s’échappèrent de la déchirure pour assaillirent sans relâche ceux qui osaient offenser leur capitaine.

« Moi je dois dire que la technique d’éperonnage j’ai toujours trouvé ça casse gueule. Vous voyez Valerius le tout c’est le timing, 2 secondes plus tôt ou plus tard et crac les boucliers se seraient repositionner et piouf pu de LEVIATHAN dooonc ? »
_ Ne pas utiliser la technique d’éperonnage quand on a pas de couille Amiral.
_ Oui ça marche aussi…
_ Amiral AMIRAL !!! Venez voir ! Là regardez sur l’écran !
_ Oh saloperie …

Sur la console principale était visible une sphère à moitié fluide s’agglomérant et se refondant à partir des millions de petits sphérules lévitant dans l’espace. Sa taille augmentait à vu d’½il et son diamètre faisait l’équivalent d’un destroyer à présent, d’après les calculs du responsable des cuisines (en se basant sur la formule du soufflé au potiron) dans quelques minutes, le vaisseau mère extracaridien regagnerait sa taille initial.

« Hum Dane … »
_ Par les oursins de la lune de Tolek ne me dis pas que ce poulpe spatiale vit toujours.
_ Non seulement il vit mais on dirait qu’il a un ptit creux également… Occupe toi des sbleurgs je me charge de ça, on va devoir passer au plan deux, amenez moi un quadruple zhyski VITE VITE VITE.


Re: La guerre des Empires - Episode III [1517]

Commandant Reavers

Voir son profil

Commandant Reavers

Activité : 1 / 5
Emissaire
125 messages postés


Posté le : 27/06/2007 à 13:19 (Lu 4996 fois)
Répondre
Citer

L'avancée du commando chargé d'éliminer la monstruosité sbleurg à bord du PLAGUECLAW était somme toute sporadique. Les caridiens rencontraient des horreurs purulentes sans nom et avançaient avec prudence dans des couloirs suintants des humeurs visqueuses et nauséabondes. Dix neuf hommes avaient déjà péris et le commandos ne se composait plus que de 27 spécialistes des troupes de choc, du général Yeld, d'1-1A, du laveur de carreau remis de son coup de blaster assommant, de mathilda alias sailor venus et de Reavers. La grandeur du vaisseau ainsi que son ordonnancement bordélique ne facilitait pas la progression, comme le fit remarquer le général Yeld.
_Commandant on ne serais pas un peu perdu la ?
_Pourquoi un peu ? Totalement paumé vous voulez dire oui !
_J'ai reçu des nouvelles de l'équipes trois. La chambre du noyaux à fission de l'appareil est sous controle mais ils on du se retrancher dedans à cause d'une créature tentaculaires qui a éliminer la moitié du commandos avec ses sucs gastrique...
_Quelles idée on a eu de venir se foutre la dedans, on aurais mieux fait de tout faire péter de l'extérieure... Au moins Burkins doit bien s'amuser lui...

Au même moment sur le pont du HAMMER :

_Amiral nous avons une brèche majeure dans la coque au niveau du flanc bâbord, secteur 14 !
_Faites évacuer les sous secteurs attenant et combler la brèche immédiatement. Parker positionné nous perpendiculairement au BREATH OF CARIDA. On ne peux plus offrir un flanc sécurisé au BEARS OF VICTORY et ...

BAOUMMMMMMMM ... BIP BIP BIP BIP

_C'est quoi ça ? Jonhson ?
_ La structure principale de la passerelle encaisse un tir de barrage de missile !
_QUoi ? Pourquoi les contres mesures n'ont elle pas été lancé ?
_Eva : on est à sec amiral, le croiseur sbleurg devant nous à du s'en rendre compte et il vise cette zone sans relâche.
_Trotter, dites à l'escadron Blush d'intercepter immédiatement tout les missiles que le vaisseau du quadrant sud sud est pourra nous envoyer.

Krrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

_C'était quoi ce bruit lieutenant ?
_Heu brêche dans la coque au dessus du pont, le système coupe feu à été atteint on dirais...
_Ce qui veut dire ?
-Et bien...

Krrrrrrrr CRAC ffffffffrrrrrrrrrrrrrr pshiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

Des centaines de kilolitre de mousse carbonique firent céder le système d'extinction automatique incendie et inonda la passerelle de son manteau blanc. Tout le monde se retrouva à patauger dans cette substance épaisse qui ne cessait de se déverser !
_Wes coupé moi ça ou on y passe tous !!!
_J'ouvre la porte de la passerelle amiral.
_Toute la neige carbonique fut évacuer dans la coursive principale du pont. Toute les réserves de mousse y passèrent et tout le secteur du pont fut recouvert d'une pellicule carbonique de 30 centimètres.
_Amiral nous avons repoussé leur assaut dans ce secteur, il se regroupe plus loin.
_Nous avons gagné un petit répit, rappeler toutes les escadrons pour un ravitaillement et passer moi tout les commandant de groupe pour rapport. Et faite évacuer toutes cette neige carbonique avant que quelqu'un se fa...

ZIPPPPPPPPPP paf aieeeee

_Je suis pris d'une grande lassitude...

Dans un autre secteur du combat, le DON S DAVIS, premièr vaisseau Terrien engagé pour l'empire Caridien dans un engagement spatial majeure comprenant des vaisseaux de gros tonnage dans un secteur éloigné de leur planète d'origine, se démenait contre un croiseur sbleurg bien décider à ne faire qu'une boucher de se vaisseau de classe inconnu. Sur la passerelle du vaisseau Terrien, L'amiral Longway du Wisconsin étudiait la situation avec intérêt.
_C'est cool quand même ces petites batailles spatiales. Ca nous change du proche orient. Qu'en pensez vous De la Moutardière ?
Son second, le contre amiral De la Moutardière de Neuilly sur seine ne put qu'approuver son supérieure.
_En effet amiral. J'aime beaucoup les tirs de laser. Vivement que nos amis caridiens nous fasse installer quelques unes de ces batteries.
_Ca serais pas mal oui. On en est ou des stocks de missiles ?
_Nous n'en avons plus que 245 624 Amiral.
_Hum il va falloir être économe. Le bouclier à l'air de tenir bon. Très bien acquisition du bâtiment ennemi se trouvant à onze heures sur tribord.
_On leur en envoie combien ?
_Je ne connais pas trop les spécifications de ces navires. Le commandement Caridiens nous a fournis des fiches mais ca reste assez conçu, cela prend en compte des paramètres que je ne connais pas. On va dire 3500 missiles.
_Ca risque d'être un peu juste non ?
_Mmm vous avez peut être raison, envoyez 4000.

Le commandant du croiseur sbleurg renifla de dédains quand la première vague de missilles atteint ses boucliers. Les contre mesures fonctionnèrent efficacement et il se positionna pour riposter sur le moustique qui osait l'attaquer. Une enseigne lui signala qu'une nouvelle vague suivait la première, et qu'une autre encore arrivait. Finalement le radar commença à paniquer quand il s'aperçut que les lanceurs fonctionnaient non stop et que la frégate terrienne ne tombais pas à cour de projectile. Le croiseur sbleurg tenta de se désengager mais finalement la dix neuvième vague de missiles pénétra la coque et fis sauter le centrale énergétique. La vingt troisième vaguer acheva le travaille en touchant le coeur du réacteurs.
_Bien joué amiral, le navire ennemi a été détruit.
_Combien de missiles à t'il fallu ?
_ Le croiseur ennemis à explosé au bout de la vingt troisième vague, sois 230 missiles, mais le chef armement signale que 200 auras fait l'affaire.
_C'est tout ? Et bien De la Moutardière je crois qu'il est temps de se trouver une autre cible. Que diriez vous de ce gros croiseur qui attaque par l'arrière bâbord un de nos allié ?
_Excellente idée amiral !

Et la petite frégate terrienne continua sa découverte touristique des joies des batailles spatiales alors que les slbeurgs l'ignorais totalement.








----------
Edité le 27/06/2007 à 13:50 par Commandant Reavers

Re: La guerre des Empires - Episode III [1518]

le Ranger dérangé

Voir son profil

le Ranger dérangé

Activité : 2 / 5
Prophète
393 messages postés


Posté le : 27/06/2007 à 17:39 (Lu 4988 fois)
Répondre
Citer

Alors que le groupe d’infiltration du croiseur amiral sbleurg commençait sa progression dans les méandres méphitiques de l’affamie, un deuxième groupe de combat se préparait dans les hangars du Super Porte Nef. A sa tête, l’Empereur lui-même, mettait toute sa verve pour conforter le moral des troupes.
_ Le premier qui me blesse par inadvertance, je lui fous une décharge de laser dans le cul.

Darillian quant-à lui, préférait piloter lui-même le combat spatial, il avait toute confiance en Leo Dagghan pour arriver à bout de l’Empereur Sbleurg. D’ailleurs bien qu’amoché le vaisseau ennemi restait très versatile. Il fallait être bon face à Roblargus. Et malheureusement la bande de romano qu’il avait sous ses ordres n’aurait pas tenue longtemps sans lui.

_ Faites passer l’annonce dans le hangar principal, la deuxième vague d’assaut sera lancée dans cinq minutes.
_ Bien monsieur.
_ Oh Realax, vous me le dites si vous vous emmerdez, lâchez ce doudounes magazines et reparamètrez les moteurs pour que notre vitesse soit alignée à celle du croiseur sbleurg.
_ Désolé, monsieur un moment d’égarement.

Le tir de barrage s’intensifia sur le SPIRIT, des vagues successives de torpilles à proton mettaient à mal la solidité du bouclier déflecteur.

_ Messieurs, préparez vous ;
_ Euh pourquoi ?
_ Parce que Totenkopff ! Faites charger les missiles et les torpilles sur tous nos tubes et nos rampes à babord.
_ Bien monsieur
_ Rapprochez vous du vaisseau ennemi.
_ Mais monsieur il y a un risque que le bouclier tombe.
_ Faites ce que je dis !
_ Euh bien monsieur…
_ Tous l’armement est prêt, Monsieur.
_ Baissez les boucliers.
_ Quoi ???
_ J’ai dis BAISSEZ LES BOUCLIERS !!
_ A vos ordres. Boucliers baissés nous encaissons 150 tirs, plusieurs compartiments sont touchés et dépressurisé.
_ Faites évacuez, et fermez les SAS blindés
_ Nous n’allons pas tenir longtemps, Monsieur.
_ Lâchez leur une bordée !
_ FEU A VOLONTE !

Tous l’armement babord fit feu comme d’un seul… canon. Les dégâts sur le croiseur ennemi furent commensurables, ses batteries se turent instantanément.

_ Ouvrez les portes du hangar et lancez la deuxième vague d’assaut.
_ Ouverture du Hangar, bonne chance soldats de l’Empire.

L’Empereur et ses troupes commencèrent leur progression dans l’espace, aucun tir ne vint à leur encontre, les batteries ennemies avait subi de lourdes avaries ou étaient tout simplement détruites par l’assaut frontal qu’elles venaient de subir. Les semelles magnétiques permirent aux groupes de s’arrimer à la coque. Ils rejoignirent l’ouverture opérée par les Rangers dérangés, et pénétrèrent le vaisseau.
A quelques centaines de mètres plus loin, dans une coursive, les tirs faisaient rage. Une forte opposition sbleurg avait surgie.

_ Je croyais qu’on avait tout nettoyé dans le secteur, mon Colonel.
_ Apparemment ils se sont retirés prématurément du combat pour mieux se regrouper en position défensive. Ils savaient que nous continuerions notre progression pour atteindre la salle du trône.
_ Monsieur, Klorel vient d’être touché.

Un des tirs sbleurgs avaient transpercé de part en part l’épaule du pauvre Klorel, qui hurlait de douleur.

_ Equipe médicale, on a un blessé.
_ J’arrive.

Le docteur Jan Itor vint se placer à couvert près du sergent blessé, il commença par lui fournir des antidouleurs et de l’adrénaline concentrée. Le tir laser avait cautérisé la plaie, mais il fallait quand même désinfecter et mettre un bandage, ce que le médecin fit immédiatement. Autour de lui, un concerto de tir et de hurlement, les caridiens devenaient de plus en plus hargneux. Les trois snipers s’étaient positionnés pour ne pas être atteint par les tirs sbleurgs, mais ils étaient suffisamment près pour faire mouche à tous les coups.

_ Groupe 1 ici groupe 2, nous avons pénétré le vaisseau.
_ Groupe 2 nous sommes plus avant mais essuyons un tir de barrage dans la coursive principale. Il semblerait que la tactique sbleurg soit le repli prématuré du combat pour un regroupement en force en arrière.
_ Pouvez vous faire face à leur assaut ?
_ On essaye mais ils sont tenace, j’ai déjà quatre blessé et un mort.
_ Nous arrivons le plus vite possible.
_ Soyez prudent, on ne sait pas ce qu’ils ont en tête.

Juste après avoir terminé la communication, deux grenades furent lancées par les sbleurgs. Le Colonel hurla à ses hommes de se protéger.

_ A couvert !!

Deux explosions secouèrent la coursive. Le Colonel se releva surpris, aucun dégât alentours… Les snipers avaient anticipé la stratégie sbleurg et grâce à leur habileté sans pareille, avaient réussi à détruire les grenades en plein ciel d’un seul coup de fusil blaster.
Le colonel ordonna dès lors de leur renvoyer la pareille. Dix grenades furent lancées à l’encontre des positions sbleurgs. De multiples explosions firent trembler les murs, puis soudain le silence.


--------------------------------
J'ai envie de me pendre

Ré-véla/volu-tion [1519]

Son of a Pitch

Voir son profil

Son of a Pitch

Activité : 1 / 5
Sanctifié
168 messages postés


Posté le : 01/07/2007 à 22:56 (Lu 4979 fois)
Répondre
Citer

L’heure était grave. Le temps des révélations était arrivé. La révolution était en marche. Gluchtax avait accueillit de nombreuses races depuis sa création accidentelle lorsque deux planètes s’étaient heurtées. En effet, l’orbite d’une des deux planètes s’était peu à peu modifié au cours du temps jusqu’à entrer en contact avec la deuxième. Le résultat en fut Gluchax et quelques milliards d’êtres vivants décimés. Cette planète fut d’abord peuplé de paisibles fenneks qui vivaient en paix mais ils furents bientôt envahis par les Kolariens qui les réduisirent à l’esclavage. Ensuite les Sbleurgs arrivèrent et chassèrent les Kolariens. Les fenneks de nouveaux libres furent employés par les Sbleurgs qui manquaient cruellement de personnel à l’époque. C’est pourquoi aujourd’hui ces petites bêtes sont les principaux gardes des installations sur cette planète, surtout que vivre en dehors des murs est devenu difficile à cause de l’industrialisation à outrance qui a totalement pourri la nature. Putain de capitalisme.

Aujourd’hui le débat était tout autre. Enfermé dans une salle d’isolement, Puppets et Sybille s’éveillaient tel la fleur qui ouvre ses pétales à l’aurore d’un jour de printemps enchanteur.

_Puppets : Putain, j’ai trop mal au crâne. Qu’est ce qui s’est passé ?
_Sybille : Ils nous ont drogués et enfermé ici…
_Drogué ?
_Euh, bah me demande pas comment, je suis comme toi, j’ai rien vu venir.
_Mais qu’est ce qui se passe ici ? J’en ai marre de me retrouver dans des endroits bizarres sans savoir comment j’en suis arrivé là.
_Bah, on verra ce que ??? a à nous dire.
_Curieux nom que ???.
_Ouè, il a du avoir une enfance difficile, on a du se moquer de lui à l’école.
_Et c’est pour ça qu’il est en colère ?
_Bah ouè, tu sais à cause des blagues méchantes.
_Du genre ?
_Que fait ??? à la laverie automatique ?
_Je sais pas…
_Il lave son costume d’Enigma !
_...
_Non ?
_JE VEUX SORTIR !!!!!!!

A l’extérieur de cette pièce, ??? écoutait tout d’une oreille avisé et cette blague, il ne l’avait pas comprise. Peu importe, il était temps d’aller dire quelques mots à ses deux reliques des temps anciens, un âge révolu où les fenneks s’appelaient encore fennecs. ??? entra dans la pièce.

_ ??? : Bien trêve de plaisanteries. J’ai à vous parler.
_Puppets : Ca tombe bien on avait envie d’être un peu plus éclairé sur notre situation.
_ ??? : Et bien je vous ai créé pour éliminer ces saletés de Caridiens. Mon plan était génial. Je vous avait mis à congeler afin de préparer votre cerveau à être controler par un Bungle. De plus, vos capacités de combat et de pilotage exceptionnelles faisait de vous de vrais tueurs. Malheuresement, le procédés à très mal marché sur Sybille. Nous étions incapable de prendre son contrôle. Par contre avec vous Puppets, l’expérience à été un véritable succès.
_Puppets : Comment ça ?
_ ??? : Et bien j’ai commandité aux Sbleurgs de commandité à un Bungle de vous commandité l’assassinat de l’amiral Reavers. Sauf que ça n’a pas marcher comme prévu et vous êtes sorti de l’emprise de Patton qui est mort en tentant le tout pour le tout. On peut dire que vous êtes chanceux. Malheuresement pour vous j’ai réussi à vous attirer ici car j’ai bien l’intention d’éradiquer les Caridiens une bonne fois pour toute.
_Sybille : Mais pourquoi ?
_ ??? : Les Caridiens ont humiliés mon peuple il y a déjà bien longtemps de ça. Je veux que nous retrouvions notre grandeur passée ! Et ceci passe par l’extinction de la race Caridienne ! Mouahahahahahahahahaha !
_Sybille : Vous prenez de la drogue ?
_ ??? : Quoi ?
_Puppets : Ouè, faut pas abuser quand même. Votre histoire ne tient pas debout. Vous allez pas nous dire que vous avez tout fait pour que la guerre éclate tant que vous y êtes ?
_ ??? : Euh…
_Sybille : Franchement, c’est gros. Pourquoi comme par hasard votre expérience n’a pas marché sur moi et que je me retrouve là avec Puppets alors qu’on se connaissait pas plus que ça avant ? C’est n’importe quoi !
_ ??? : Cela suffit ! Je contrôle tout !!!!
_Puppets : Non.
_ ??? : Si.
_Puppets : Non.
_ ??? : Siiii.
_Puppets : Non.
_ ??? : Siiiii !!!!
_Puppets : Non.
_ ??? : SIIIIIII !!!!
_Puppets : Non.
_ ??? : TA GUEULE ! C’est moi qui est soufflé l’idée à Gemalalanus d’engager Patton afin de vous controler ! C’est moi qui vous ai façonné pendant votre sommeil cryogénique. J’avoue que…
_Sybille : Que… ?
_ ??? : J’ai juste profité de cette guerre afin d’accomplir mes sombres desseins.
_Puppets : Bah voilà, c’était pas difficile à dire.
_ ??? : Bon, maintenant il ne me reste plus qu’a vous reconditionner.
_Puppets : Oh bah non !
_Sybille : C’est pas cool ça monsieur.
_Puppets : Pourquoi on parle comme des débiles ?
_Sybille : La drogue qu’ils nous ont fait prendre doit encore avoir des effets.
_ ??? : En effet ! HAHAHAHA
_Puppets : Là tu sors.
_ ??? : Bien sur que je vais sortir, je n’ai pas envie de me faire gazer.
_Sybille : De vous faire quoi ? Attendez ! ATTENDEZ !!!!

Mais ??? était déjà sorti de la pièce et les techniciens étaient prêt à mettre en marche le plan B. (ou C ou D voir le plan R parce que ça va tellement loin là…)

Soudain, une porte s’ouvrit. Quelques secondes plus tard, les techniciens étaient tous morts. Le gaz par contre avait déjà commencé à entrer dans la pièce.


--------------------------------
Do you remember, we called you Puppy...
Now, your one of us, we call you Familyyyyyyyy!!!!!!!!!

Venins [1536]

lagi le dragon

Voir son profil

Activité : 1 / 5
Emissaire
113 messages postés


Posté le : 07/07/2007 à 22:03 (Lu 4968 fois)
Répondre
Citer

Les armées s’affrontaient de plus belles parmi les ténèbres. L’adresse des pirates aux combats décimaient avec hardiesse et un professionnel sanglant le contingent sbleurg envoyé pour s’occuper des derniers arrivants.
Surpris par l’arrivée de la flotte des pirates unis au complet, Roblargus ordonna à sa 6 ème flotte dissimulée derrière la ceinture d’astéroïde de terrasser ses troubles fêtes. Lui qui avait gardé cette armada pour empêcher toute retraite caridienne allait utiliser cette titanesque force de frappe pour engloutir les pirates et les ultimes combattant en quelques instant.

A plusieurs milliers de kilomètre de là, le REDEMPTION harcelait sans relâche l’amas bactérien cherchant à se reconstituer. Gagner un maximum de temps pour élaborer un antidote contre cette infection purulente, c’est ce que les canons lourd du croiseur caridien s’exercer à faire.
Les chasseurs lourds nouveaux nés du REDEMPTION s’étaient scindés en deux groupes. Alors que le premier voltigeait autour de l’ennemi venu d’une autre galaxie, le deuxième groupe additionnait leur feu à ceux des intercepteurs pirates pour réduire les derniers vaisseaux sbleurgs en miette.
Les fragments du croiseur principal éperonné par le LEVIATHAN lévitait dans l’espace et offrait un champ idéal aux chasseurs pour entenailler les sbleurgs restant et les pousser à s’éventrer contre les épaves.
La nef mère des flibustiers virevoltait avec aisance autour des trois derniers destroyers ennemis alors que le croiseur d’assaut HEART OF SEAS dirigé par le lieutenant Bedivere leur barrait la route de ses rangées de canons d’appoints.

Il ne resta bientôt que des débris spatiaux circulant autour de la petite flotte. Dans son somptueux fauteuil issu d’un ancien monarque d’une planète aquatique le capitaine Flemmings lissait sa courte moustache alors que ses yeux bleus observaient les ravages qu’il avait occasionnés. Il ordonna l’envoi des navettes de récupération, il y a toujours quelques biens de ci de là à récupérer sur un champ de bataille, et il ne faut jamais perdre une occasion de s’enrichir psalmodiait il.
Il médita alors sur l’image de la console à droite de son bras. Les andromédiens paraissaient invincibles, ils se régénéraient bien plus rapidement que les dégâts engendrés par le REDEMPTION causaient. Il fallait réagir et utiliser toute la force de frappe disponible pour en finir.
Le capitaine leva la main pour donner l’ordre d’attaquer le navire organique.
Il fut éjecté de son trône jusqu’au moniteur de contrôle des boucliers. Il se releva aidé de la garde de son sabre alors que ses hommes vérifiaient les avaries que les vaisseaux venaient d’occasionner. Le bouclier à distorsion Astien vibrait encore de l’impact et avait bien du mal à se maintenir à un état énergétique stable.
Dane Flemmings avait reconnu le son de cet impact sur le coup, des canons d’artillerie longue distance. C’est en remontant sur son siège qu’il imagina le pire, seul un monstre d’acier pouvait porter ce type d’engin. Plusieurs chasseurs et corvettes avaient été dispersé dans le vide spatiale en étant sur la trajectoire du tir.
Le LEVIATHAN fit rotation de 65° pour se retrouver face à face avec le pire combat à venir, l’armada sbleurg comportait le super croiseur de classe 1 : SLIME OF GORLUS s’apprêtant à lâcher une nouvelle salve de ses 4 canons d’artillerie. A ses côtés se répandait les dizaines de croiseurs et les multiples destroyers lourds. Des essaims de chasseurs et bombardier vrombissaient de part et d’autre de leurs ponts d’envols.
La 6ème flotte sbleurgs se disloqua pour attaquer séparément les différents objectifs : Les navires amiraux Caridiens, Smuc et Sialagènes. Le super croiseur et sa lourde escorte s’occuperait du navire amiral pirate.

La plus dévastatrice flotte de l’empire sbleurg venait de rentrer en scène, la bataille ne faisait que commencer.

Les futs d’artillerie du SLIME OF GORLUS s’engorgèrent à nouveau de feu. Le capitaine Dane eu le reflexe d’activer le réacteur dorsale suffisamment rapidement pour éviter l’un des tirs alors que deux destroyer pirates explosèrent ouverts de part en part.
_ Cette fois on ne les vaincra pas capitaine, il faut fuir immédiatement… Alerta son lieutenant.
_ Fuir …
_ Capitaine !

Mais l’homme à la galante tenue d’une époque dépassé observait le REDEMPTION se battre de toute sa hargne à briser des expansions tentaculaire meurtrière. La bataille était à présent jouée, les Sbleurgs avaient déjà un fort avantage, dorénavant cet avantage était totale. Son instinct lui conseillait d’appliquer ce qu’il avait toujours fait durant telle situation : Prendre la fuite, se cacher quelques temps pour revenir par la suite. Cette technique fonctionnait en système de frontière, il était aisé d’attaquer à la limite du territoire pour échapper aux armées défensives. A présent… si les sbleurgs l’emportaient, si les empires étaient défait un à un, et que cette univers soit sous domination sbleurg totale, il ne fuirait jamais assez loin. La mort l’attendait, que ça soit aujourd’hui ou dans quelques mois. L’appel des pirates défunts dont il avait été le chef durant toutes ces années résonnait dans sa tête, il n’y avait plus qu’un choix à faire.

_ Je vous en prie capitaine, un nouveau tir d’artillerie est imminent ! Il faut y aller immédiatement !!!
_ Bédivère, transmet les coordonnées spatiaux temporelles que je t’envois à la flotte, paré à activer nos moteurs ioniques sur mon ordre.

Le SLIME OF GORLUS déchaina son feu dévastateur de nouveau, nul vaisseau de front ne pouvait lui résister. Les obus énergétique défilèrent à travers l’espace comme une balle expulsé d’un fusil. Chaque vaisseau pirate du HEARTS OF SEAS à l’intercepteur déclencha son système d’évasion, et les ondes énergétiques fluctuèrent à la proue des vaisseaux. Des déchirures dans le continuum s’épaissirent alors suffisamment pour que les pirates puissent s’enfuir juste avant que les tirs ne les atteignent.
Seule ne restait désormais que l’escadrille de chasseurs lourds du REDEMPTION.

« L’infâme chacal je le savais bien qu’il allait se barrer ! ».
_ Commandant mes capteurs indiquent que la masse bactérienne est à 99 % reconstituée et qu’elle à l’air …
_ …Pleinement décidé à nous pourrir la journée, merci Enema j’ai des yeux ! Tirez sur cette tentacule à droite !
_ Ces expansions sont plus difficiles à exploser que tout à l’heure Commandant.
_ T’as pas encore remarquez Valerius que cette chose est régénéré et qu’il va falloir mettre les bouchées doubles si on veut pas se faire bouffer !
_ A propos de bouffées j’ai de ses bouffées de chaleur moi, ça doit être la pression…
_ J’vais vous en donner de la pression moi lieutenante Iniss vous me faites 50 pompes ça vous calmera !
_ Je dois pomper qui mon commandant ?
_ Commandant j’ai le docteur en appel d’urgence. Je vous le passe.
_ Qu’est ce qui se passe encore on a des blessées ?
_ Hum non non … ne criez pas mais … vous savez les comprimés de vitamines que j’ai donné à l’équipage, je me suis trompé de boite j’ai mis des ½strogènes de fenneks à la place et…
_ Valerius reboutonné votre froc vous allez pas obéir à cette furie hystérique foutez la moi dehors ! Et quoi docteur ET QUOI ?
_ ET ça a des vertus plus qu’aphrodisiaque sur la gente féminine du Mmmmhhhh lâchez moi la bouche Giselle, OH BON SANG COMMANDANT RAMENEZ TOUS CAS SUSPECTS à l’infirmerie je me débrouillerais vous en faites pas ! Je me le dois pour Carida ! Giselle qu’est ce que vous faites avec l’intercom, GISELLE NON…
_ Allo … ALLOOO DOCTEUR ?? Bon d’un autre côté c’est pas plus mal ça leur donnera une motivation de plus, passez moi l’intercom général.
A TOUS LE PERSONNEL FEMININ DU NAVIRE : Si l’on survit et qu’on écrase ses merdes de sbleurg l’empereur décrétera les soldes durant une centaine d’année sur les sous vêtement affriolant et distribution de lubrifiant à la FIN du combat ! Quand à vous messieurs le premier que je vois succomber je lui fait bouffer ses attributs j’espère que j’ai été CLAIR ! Et maintenant à vos POSTES !!!
_ Vous pensez vraiment que ça marchera commandant …
_ Regardes autour de toi petit, toutes ses petites mains qui s’affolent sur les boutons, Allez mes demoiselles on s’affole et vous aurez droit de me passer sur le corps alors renvoyez moi ce bestiau d’où il vient !


LA BOUM [1539]

le Ranger dérangé

Voir son profil

le Ranger dérangé

Activité : 2 / 5
Prophète
393 messages postés


Posté le : 15/07/2007 à 17:32 (Lu 4952 fois)
Répondre
Citer

Le Colonel Stevender, d’un naturel prudent, préféra faire un scan thermique du couloir désormais complètement distordu du fait des jets de grenades.

_ Le scanner indique de nombreux contacts au sol et aucun en position défensive. Il semble que la voie soit libre Monsieur.
_ Bon, doc’ où en sont les blessés ?
_ Deux blessés légers et un cas grave il ne peut pas être déplacé, il lui faut une opération d’urgence.

Fort ennuyé par ce contretemps, le Colonel hésitait à laissé l’équipe médicale seule avec le blessé et partir sans eux au combat ou bien resté ici en attendant l’arrivé du second groupe.

_ Nous ne pouvons pas partir sans une équipe médicale c’est trop dangereux, nous sommes en territoire ennemi et en sous effectif, Monsieur.
_ Sans blague vous avez d’autres révélations de ce type, sergent ?
_ Ben quand j’ai pris mon bain l’autre jour j’ai eu une vision de l’actrice porno Lolo Ferrari, pourtant elle est morte depuis…
_ Sergent, fermez là !
_ Ok c’est bon je me tais.
_ Merci ma Déesse.
_ Du coup on fait quoi ?

L’hésitation ne fut pas longue. Au bout du couloir déboucha le deuxième groupe. Devant le manque de résistance dû au nettoyage des Rangers, ils avaient été fort rapides.

_ Ah enfin une bonne nouvelle, l’équipe médicale du deuxième groupe restera avec les blessés et nous on repart à l’avant.
_ Et que fait la deuxième équipe ?
_ Ben elle reste pour protéger les médecins en cas d’attaque. Vous réfléchissez des fois, sergent ?
_ Oh ça va !
_ Bon ça suffit le lessivage. On se bouge le fion !
_ Mais vous avez l’intention de venir avec nous, Votre Majesté ?
_ Ben tiens, je vais me gêner, vous croyez pas que je vais vous laissé tout buter sans prendre ma part de la rigolade.
_ Bien bien, mais restez à couvert quand ça pètera, j’ai pas envie d’avoir la mort d’un Empereur sur la conscience, et surtout sur mes états de service, ça fait tache.
_ Vous occupez pas et avancer. Boudiou !

Tous reprirent en ch½ur le fameux Boudiou de l’armée, puis le groupe des Rangers accompagné de l’Empereur, se remirent en chemin vers le centre névralgique du vaisseau.

_ C’est loin ??
_ Ben eux si j’en crois la carte fournie par les Services de renseignement, on prend la première coursive à droite, tout droit sur 100 mètres, ensuite à gauche, deux fois sur la droite, on monte au 4ème niveau on refait le chemin en sens inverse, descend d’un niveau, on part sur la gauche ensuite au bout de l’escalier on prend à droite sur dix mètres, encore à droite et on descend de deux étages.
_ C’est un peu compliqué, chef.
_ Ben c’est du renseignement alors forcément, c’est pas comme playmobil.
_ J’aurai plutôt di c’est pas comme le fromage de brebis.
_ Dites les comiques !
_ Oui Votre Majesté ?
_ Si j’ai bien tout compris on monte de quatre niveaux, on fait 100 mètres puis progressivement on descend de quatre niveaux en refaisant les 100 mètres dans le sens inverse et on tourne à droite.
_ Oui oui, c’est à peu près ça.
_ Ouai et vous avez pas un peu l’impression que si j’ouvre la porte qui est sur ma droite actuellement et dont la garde a été si joliment « estoqués » par vos grenades, je serais directement au centre névralgique ?
_ Euh ben attendez, je pose deux je retiens dix, je fais la racine carré de… Nom d’un camembert pas frais !
_ Et ouai. Bon ben à l’assaut.
_ Ouai, Taggart, faites moi sauter cette porte.
_ A vos ordres.

Taggart était l’expert en minage, déminage, pose de carrelage et papiers peints du régiment. Une perle ce garçon, c’est lui qui avait refait la caserne et le mess des officiers étaient célèbre pour ses fresques en marbre qui ornaient désormais le sol. Il commença par étudier le système de la porte.

_ Hum, triple épaisseur, blindage type 2, 12 points de fermetures, renfort latéraux et vérins hydrauliques probablement pour une fermeture plus douce et sans bruit. De la belle ouvrage.
_ Eux vous les vendez ou quoi ?
_ Non pourquoi ?
_ Arrêtez de me faire le descriptif de cette putain de porte et ouvrez pour qu’on puisse tuer ce qu’il y a dedans.
_ Oui oui pas de souci, passez moi mon sac s’il vous plait.
_ Tenez.
_ Merci, alors, 12 pains de C126, ça vous détruirait un astéroïde en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Ensuite 12 détonateurs couplés sur une seule commande à infrarouge que j’introduis dans le plastique et hop le tour est joué. Accrochez vous à vos falzars.

Tous se mirent à couvert, se préparant à affronter ce qui se trouvait à l’intérieur de la passerelle impériale de commandement.

_ Bon alors ça vient ?
_ Je comprends pas ça fait trois fois que j’appui et rien ne se passe.
_ Quoi ????
_ Ben oui regardez.

CLIC CLIC CLIC

_ Oh mais c’est pas vrai, c’est quoi encore cette merde.
_ Je ne saurais vous dire Votre Majesté.
_ T’as vérifié les piles ?
_ Euh
_ Tu sais ce qu’on dit Taggart, un moment d’inattention…
_ … Et quelqu’un se blesse oui je sais chef. Voila je mets la derni…

BBBBBBBBBBBBBOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMM MMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMMM


--------------------------------
J'ai envie de me pendre

Re: La guerre des Empires - Episode III [1540]

Commandant Reavers

Voir son profil

Commandant Reavers

Activité : 1 / 5
Emissaire
125 messages postés


Posté le : 22/07/2007 à 09:12 (Lu 4933 fois)
Répondre
Citer

L'engagement spatial était en train de devenir un vrai foutoir. Les lignes de batailles, parfaites au début, avait depuis bien longtemps cédée la place à des duelles de vaisseau un peu partout en orbite d'Eldir. Un observateur attentif aurait pu néanmoins remarquer que les vaisseaux Caridiens et Alliés, en sous nombre, était petit à petit repoussés et encerclés. Le HAMMER et quatre autres croiseurs de la flotte 1 avaient lentement été éloigné du PLAGUECLAW par la très forte opposition qu'ils avaient rencontré. Ils c'étaient donc replié plus loin afin de pouvoir souffler un peu et recharger les boucliers notamment, fort sollicité depuis le début du combat.

_Lieutenant Wes ou en est le groupe de l'empereur ?
_Ils ont abordé la vaisseau palais amiral. Le SPIRIT est actuellement en secteur Ng 13 et fait face à une très forte opposition. Un contingent Astien le soutient mais...
_Nous avons nos propre problème lieutenant, on a reçu une communication de ce... corsaire, Dan Flemmings, apparemment Ollington affronte une espèce de... saloperie de parasite de merde. Et on ne doit pas être très loin de son quadrant.
_Amiral, un important groupe de combat sbleurg méné par un super croiseur se dirige vers notre position, d'après leur trajectoire ils vont intercepter le REDEMPTION.
_Parker, en avant toute ! Vous nous placer sur leur route. Ils ne doivent pas toucher au REDEMPTION.

Vaillamment les restes de la première flotte se plaça sur la route du Mastodonte. Il y eu comme un moment de flottement dans le combat. Les deux mastodonte se faisant face tel Charles Branson et Henry fonda dans "il était une fois dans l'ouest". Quelque part dans les profondeurs du HAMMER, un air d'harmonica s'éleva, puis les batteries de turbolaser se déchainèrent.

A bord du PLAGUCLAW, le groupe d'assaut de Reavers n'avait pas trouvé un seul ennemis depuis plus d'une demi heure. Les coursives labyrinthiques semblaient sans fin et se moquer des Caridiens. Ils débouchèrent dans une salle un peu plus grande que les autres.
_Commandant il faudrais s'arreter un peu.
_Vous avez raison général, on tourne en rond et on arrive nul part !
_Je ne pensais pas à ça commandant. Allez les gars sortez votre matos !
Les troupes de choc sortirent des chapeaux pointus, des rubans et des conffetis. Des bouteilles de champagnes furent sortit de leur sac isotherme.
_JOYEUX ANNIVERSAIRE SERGENT ROGER !!!!
_Hoooo merci les gars, ca me va droit au coeur !
_Qu'est ce que c'est que ce bordel Yeld ??
_C'est l'anniversaire du soldat de choc TK-822 commandant. Il a aujourd'hui 115 ans.
_Ha bon ba joyeux anniversaire soldat, ca fait combien de temps que vous êtes dans l'armée ?
_Et bien commandant je me suis engagé à l'age de 16 ans.
_Ha oui quand même, et bien vous êtes sacrement chanceux soldat. 99 ans dans les troupes de choc et toujours en pleine forme c'est une belle performance !
_Et bien Caridea doit veiller sur moi commandant. C'est ma 432 687me missions !
_Une autre coupe de champagne commandant ?
_Ha ba c'est pas de refus. Vous auriez pas un peu de champomy pour la petite .
_Désolé commandant on avait pas prévu qu'elle viendrais.
_Faut toujours vous attendre au pire sergent voyons.
_Hum effectivement commandant.
_Bon et ba moi j'en ai marre de ce vaisseau pourris, on se remet en route bande de feniasse !!
_Mais voyons mt...

POUVOIR DE VENUSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSSS !!!

FZSHIIIIIIIIIIIIIIIIII BAOUMMMMMMMMMMMM

Sous la puissance du Crescent Thunder Zap of Venus, la cloison nord de la pièce implosa sous l'oeil hagard ( et lubrique pour certains d'ailleurs ) du commando.

_Allez on se bouge !!

----------
Edité le 28/07/2007 à 18:11 par Commandant Reavers

Embouteillages galactiques [1545]

Commandant Reavers

Voir son profil

Commandant Reavers

Activité : 1 / 5
Emissaire
125 messages postés


Posté le : 29/07/2007 à 14:59 (Lu 4924 fois)
Répondre
Citer

Loin de là... en fait très très loin de là, les renforts dépêchés par le Sénat étaient coincés dans l'embouteillage le plus bordélique de ses soixante dernières années. Sur le STARWAY, le Commandant Starck, de la force de renforts caridiens, était sur les nerfs.

_ Mais c'est pas vrai on a pas idée d'être aussi con, je me farci le pire navigateur du monde connu. faut vraiment avoir le cerveau de la taille d'une noix de macadamia pour prendre le route hyperspatiale 15 le jour des départs en vacances.
_ Mais c'est pas ma faute, chef. J'avais pas vu qu'on était déjà en période de vacances scolaires.
_ Regardes moi ça. Hey la priorité à droite, abruti c'est pour les chameaux ! Envoies un coup de klaxon.

Tudutuduti tudutuduti tadadadadaaaaaaaaa

_ Branchez vous sur le canal 107.7.
_ rfriicccchtttt Spatioroute FM il est 10h23 sur Carida et nous annonçons une collision entre un transports de déchets radioactifs et une navette de touristes corodariens sur la spatioroute 136 en direction de Barolus.
_ Pffff ils engagent n'importe qui depuis la privatisation du consortium Détox.
_ En attendant la météo des nébuleuses, Grox futé prévoit une journée orange sur toutes les routes hyperspatiales et noire sur la RH 47...
_ Raaaaaaaa merde c'est celle où on est !!
_ ... en effet, des travaux sur l'échangeur 52K entraine de forte perturbation sur le trafic, si vous devez rejoindre Eldir et son secteur, essayez d'éviter les routes conventionnelles. Mais si vous êtes déjà... ah ah ah c'est bien bête.
_ Coupez cette merde ! Bon lieutenant mettez moi cet abruti en cellule pour qu'il révise un peu sa géographie spatiale. Amenez moi le quartier maitre Malhone, il a l'art de trouver les raccourcis qui vont bien il parait.
_Vous m'avez fait appelé commandant ?
_Trouvez moi un moyen de sortir de ce merdier et je vous nomme premier navigateur.
_Et bien vu comme les vecteurs passant par le secteur Retha vont tous être bouchés, et que l'amirauté à interdit à tout navire de guerre caridiens de transiter par le système Caridien, je pense que nous devons bifurquer par le système Durodien et passé par l'AH-4 qui passent près de Melchesedeck.
_Ca fait un sacré détour quartier maitre, on risque de rater le gros du spectacle... Et vous vous finirez en cellule avec l'ancien titulaire du poste.
_Mais pas de soucis commandant, ça va se passer comme sur des roulettes. Bon il va falloir sortir de cette route spatiale, en passant par le péage 44, là bas.
_Coup de bol on est des véhicules prioritaires, mettez le cap au 2.3.07, file de gauche et passage en hyperespace au vecteur 108.

La flotte de renfort caridienne passa le péage 44 en se dirigea vers le système Durodien. Deux heures plus tard elle débarqua au abords de Melchesedeck.
_Ho putin ! Mais qu'est ce que c'est que ce bordel !!
_On dirait que l'échangeur est en plein travaux ...
_Rétrécissement de 15 voies à 2.... Et vaisseaux de gros tonnages en attente ?! Nous mais ils nous prennent pour quoi ces abrutis de la DPE ?? Quartier maitre...
_Heu... attendez commandant j'ai un cousin qui bosse dans la division planétaire de l'équipement, je lui passe un petit coup de file et il va nous arranger ça !
_J'espère pour vous...
_Allo cousin ?? Oué c'est francki ça va toi ??
_Bouerf ça peut aller, mais je suis sur un gros chantier la, avec tout les dégâts causé par les sbleurgs aux routes..
_Ba oué je vois ça je suis avec la force Caridienne là. Tu peux pas nous faire passer en priorité ? On a une bataille sur le feu et si on arrive en retard le commandant va me massacrer.
_Ha mais je peux pas, ils ont installé des feux régulateurs et la circulation est strictement interdite à tout vaisseaux de plus de 8000 tonnes. Je vais être obligé de vous détourner sur Yeggo.
_Sur Yeggo ??? Mais c'est à l'opposé de là ou on se rend !
_Ha ba oui mais une directive centrale c'est une directive centrale hein. Bon je te laisse j'ai du boulot.
_Heu commandant...
_Non ne dites rien, lieutenant envoyer le rejoindre le petit cours de géographie en cellule. Et faite venir Bahort.
_ Euh ouai je suis là chef.
_ Trouvez une solution ou sinon..
_ Le cours de géo ?
_ On ne peut rien vous cacher, héhéhé
_ Ben il va falloir qu'on force le barrage ou alors !
_ Oui ?
_ Ou alors je sais qu'ils ont finis le chantier d'une autoroute hyperspatiale directe pour rejoindre la Cosmocratie.
_ Oui j'en ai entendu parler sur l'Holonet, la AH 789.
_ Exact, mais elle n'est pas officiellement ouverte donc...
_ Faites route vers l'AH 789.
_ A vos ordres.

Le convoi quitta la voie 1 et exécuta un splendide demi tour. Hélas les Spacecops étaient là pour réguler la circulation, des navettes se positionnèrent sur le chemin des renforts caridiens.

Bioup bioup (sirène de spacecop)

_ Vous arrêtez votre convoi et vous ranger sur la bande d'arrêt d'urgence.
_ Raaaaaaaaah mais merde, ils se sont passés le mot, connectez moi avec l'officier.
_ Oui mon Commandant.
_ Officier, ici le Commandant Starck des renforts caridiens, nous sommes en mission pour le compte du Sénat pour porter assistance à une bataille entre nos forces et les Sbleurgs, veuillez nous laisser passer.
_ Ici l'agent Bagels, vous avez effectué un demi tour interdit sur une autoroute spatiale, au mépris des consignes de sécurité pour les ouvriers du chantier et pour les autres voyageurs. De plus vous étiez dans une zone à vitesse limitée, vous n'avez pas vu les panneaux ?
_ Ouh nom de Caridea ça commence à me faire chier, dégagez de notre chemin ou nous ferons usage de la force.
_ Vous n'oseriez pas tirer sur un représentant de l'ordre, je suis assermenté par...
_ Feu !

BOUMMMM

_ Connectez vous sur la fréquence libre. A tous les vaisseaux, ceci est un message de la Marine de guerre Impériale, veuillez vous écartez du chemin, nous sommes en mission pour porter assistance à nos troupes qui essuient une forte résistance de la part des Sbleurgs. Ordres aux équipes de la DPE de nous ouvrir les accès, auxquels cas nous serions dans l'obligation de le faire nous même avec le plus grand mépris pour la poursuite des travaux.

Bizarrement trois voies d'accès supplémentaires s'ouvrirent, la Flotte s'y engagea en excès de vitesse caractérisé et franchit la barre d'hyperespace pour rejoindre Eldir et le centre du combat.
L'officier Bagels fut rétrogradé à titre postume au grade d'adjoint de sécurité et la pension pour sa femme et ses 15 enfants fut supprimée.

----------
Edité le 11/08/2007 à 15:44 par Commandant Reavers

engrenadage [1546]

le Ranger dérangé

Voir son profil

le Ranger dérangé

Activité : 2 / 5
Prophète
393 messages postés


Posté le : 29/07/2007 à 15:51 (Lu 4921 fois)
Répondre
Citer

La porte fut expulsée à l’intérieur de la pièce, emportant par la même dix soldats sbleurgs qui s’étaient stupidement tenus derrière pour accueillir les caridiens. Devant le chaos qui régnait sur la passerelle, le groupe des Rangers pénétra en force, arme au poing. Certains fous imprudents tentèrent de résister mais finirent lamentablement sur le sol, leur corps fumant des trous de laser.
L’Empereur des Caridiens se tenait au milieu de ses hommes de manière majestueuse.

_ Où est votre chef ?
_ Jamais nous ne trahirons, sale vermine humaine.

Un tir de laser en plein entre les deux yeux coupa court la conversation pleine de philosophie qu’avait entamée le lieutenant sbleurg.

_ Je répète : où est votre chef ?
_ ...
_ Stevender, il semblerait que nous n’ayons trouvé personne ici.
_ A vos ordres.

Un déluge de tirs laser acheva les officiers de passerelle, l’équipe des Rangers dérangés sécurisèrent le périmètre. L’Empereur se demandait où avait pu se cacher son adversaire, lorsque son regard fut attiré par le drapeau des sbleurgs. Il s’approcha et souleva délicatement la tenture. Derrière se trouvait une porte dérobée.

_ Stevender !
_ Oui, Votre Majesté ?
_ Venez voir un peu ça.
_ Une porte cachée !
_ Je soupçonne fortement cette porte de cacher un accès à la salle du trône. Ne croyez vous pas ?
_ Votre hypothèse se tient.
_ Alors on y va ?
_ Ca sent le piège quand même…
_ Ah ben forcément oui, c’est un superbe piège mais bon on a l’avantage de le savoir.
_ Oui sauf qu’on ne sait pas quel piège c’est…
_ Et ben on le saura bien assez vite, non ? Et puis merde vous êtes les Rangers dérangés oui ou merde ??
_ Ouai, allez les mecs la moitié du groupe en couverture, vous attendez le second groupe. L’autre moitié avec l’Empereur.
_ Faut d’abord passez la porte.
_ Pas de problème, Taggart !
_ Non non, discrètement.
_ Ah ben alors pas Taggart.
_ Quelqu’un est doué pour cracker les codes ???
_ Lieutenant Gates, venez ici !
_ A vos ordres, chef.
_ Le Lieutenant Gates est notre expert informatique. Il peut faire des miracles avec n’importe quel nano processeur.

Sur ce, le Lieutenant Gates commença à bidouiller la commande de la porte. Il déballa tout son matériel de hacker et commença ses explications qui filaient la migraine à n’importe quel être humain normalement constitué.

_ Voyez la commande bilatérale, est aligné sur le smartex. Là il y a la connexion trypliss qui s’interface sur le diplodron et…
_ Gates, fermez là et ouvrez là.
_ ??
_ Fermez la bouche et ouvrez la porte !
_ Euh à vos ordres.
_ Plus que deux manip et hop.

La porte s’ouvrit, tous se mirent en position défensive, pour parer à une éventuelle attaque d’un groupe sbleurg dissimulé. Mais rien ne vint.

_ Ca pue.
_ Ben non c’est de l’extrait de jasmin c’est ma maman qui me l’a offert…
_ Pfff mais non Stevender, pas de riposte, pas de piège direct, ça pue !
_ Ah excusez Votre Majesté j’avais pas vu ça comme ça.
_ Bon ben on avance.

Le long couloir de cinq mètres, se terminait par une autre porte en chêne massif. Ils s’approchèrent et le colonel commença à examiner la porte.

_ Mmmm Gates vous pouvez faire quelque chose avec cette poignée ?
_ Oula, ça dépasse mes compétences.
_ Merde, mais comment faire.
_ J’ai ptete une idée…
_ Dites toujours Hastings.
_ Ben on prend la poignée puis on tourne.
_ Pas con !
_ Merci chef.
_ Attendez, je vais le faire.
_ Vous êtes sur Majesté ?
_ Oui, c’est mon devoir. Ecartez vous tous.

La main sure mais tremblante, le visage serein perlant de sueur, les yeux acerbes exorbités, l’Empereur saisit la poignée et la tourna. Dans un grincement très discret, la porte révéla la salle du trône sbleurg.

_ MOUAHAHAHHAHH, je t’attendais Mycroft !
_ Erreur, Blaireau !
_ Quoi ??? Mais qui êtes vous ?
_ Je suis Léo Dagghan, Empereur des Caridiens et celui qui va te passez à la moulinette, face de gelée de groseille.
_ Tu es bien présomptueux, Humain.
_ Tu vas voir, on se le fait d’homme à … chose !
_ L’avatar m’a doté de grand pouvoir, en m’accordant la grâce. Tu le découvriras à tes dépends.
_ Si c’est ça l’illumination, je préfère encore être éteint.
_ Blasphématoire et railleur, tu es bien digne de ta sous race.
_ Alors en garde p’tite pucelle, je vais te découper la gelée du cul ca te fera ça de moins à trimballer.
_ RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
_ TAYOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOT

Le combat s’engagea, l’épée tronçonneuse laser multi fonction de l’Empereur caridien taillait le bout de gras avec l’Empereur sbleurg mais cela ne semblait lui faire que des chatouilles. Un de ses tentacules visqueux projeta Leo Dagghan contre le mur.

_ Votre Majesté !
_ N’intervenez pas Stevender. Cette affaire me concerne.
_ Oui arrière sous créatures.
_ Je vais te le faire bouffer ton tentacule tu vas voir.
_ C’est celui qui dit qui est !
_ Quoi ???
_ Mouahaha, je t’ai rabattu ton caquet Humain.
_ Enfin bref.

Le poing de l’Empereur s’engouffra dans les entrailles de l’Empereur sbleurg et ressortit sans que celui-ci ne manifeste le moindre désagrément. Leo Dagghan se concentra sur les parties plus ou moins solides du corps déstructuré de son ennemi à savoir son visage. Il s’acharna à lui assener des coups tous plus percutants et rapides que possible. Le Sbleurg recula sous la douleur. Pendant ce temps une idée avait murit dans la tête de l’Empereur Caridien.

_ Taggart, vous me préparerez une de vos spécialités corsées pour ma victoire hahaha.
_ Je n’y manquerai pas Votre Majesté.

L’empereur sbleurg commençait à reprendre le dessus et flanqua une baffe mémorable à Léo. Celui-ci était étendu par terre, et se releva avec peine, son flanc droit lui faisait mal. Il se remit sur pied, essoufflé. Le nez en sang et une plaie sur le front.

_ Victoire !! Tu me semble bien hâtif !
_ Que tu crois.

Sur le coté Taggart venait de faire un signe à l’Empereur, celui-ci acquiesca. Taggart lui lança un objet. Leo Dagghan le rattrapa en vol et frappa de toutes ses forces dans l’abdomen de son adversaire. Puis il le poussa vivement, et sauta se cacher derrière une colonne en hurlant à ses troupes.

_ Tous à couvert !!!

Il ne fallut que quelques secondes pour que le mécanisme s’enclenche, une puissante déflagration liquéfia les organes de l’Empereur sbleurg et dispersa son corps au travers de la pièce. Les caridiens se relevèrent couvert d’entrailles. Plus rien ne subsistait de l’abomination Sbleurg.

_ Et ben voila, c’est pas si compliqué. Alors une p’tite coupe de champ’
_ C’est pas vraiment fini Votre Majesté, la guerre continue autour de nous.
_ J’espère que nos forces s’en sortent…

Un message radio les interpella. La seconde équipe s’était elle aussi scindée et avait piégé le bâtiment. L’Empereur et les Rangers dérangés commencèrent alors l’évacuation. Ils ne rencontrèrent aucune opposition, le ménage avait été fait pas l’arrière garde. Une barge de débarquement s’était attelé au vaisseau sbleurg et embarqua les troupes qui y avaient été déployées. La barge se désolidarisa du croiseur et accéléra en direction du plus proche vaisseau de l’Alliance. Cinq minutes après, de multiples explosions secouèrent le vaisseau, puis il se désagrégea projetant tôles et personnel embarqué dans toutes les directions.


--------------------------------
J'ai envie de me pendre

Post de Lagi (et oui il fait transiter lol) [1549]

le Ranger dérangé

Voir son profil

le Ranger dérangé

Activité : 2 / 5
Prophète
393 messages postés


Posté le : 06/08/2007 à 13:33 (Lu 4898 fois)
Répondre
Citer

La bataille du millénaire s’était métamorphosée en un carnage sans nom. Les Sbleurgs pilonnaient sans distinction et avec une rare violence les Astiens, Caridiens et Smucs. Les débris d’épaves d’anciens glorieux vaisseaux dérivaient à présent dans le glacial espace tel des flocons de neige en plein blizzard.
Débordé de tout côté, les survivants s’étaient regroupés en plusieurs groupes d’attaque pour mener un ultime assaut.
La 6ème flotte de l’empire sbleurg réputé dans toute la voie lactée pour son immoralité et la terreur qu’elle inspirait gagnait du terrain sur les armées. Des futs de leur canons les bâtiments capitaux Astien tombés un à un, alors que les tirs rapprochés de leurs intercepteurs décimaient sans discrimination les chasseurs Smuc et Caridien.

Le titanesque SLIME OF GORLUS affligé des tirs du HAMMER OF JUSTICE avait contacté les deux croiseurs lourds l’escortant pour occuper le 2ème plus imposant bâtiment de la marine caridienne. L’un de ces croiseurs endommagea le principal réacteur caridien par un tir incapacitant. Il faudrait plusieurs minutes aux techniciens pour le remettre en service d’ici là la maniabilité et la vélocité du HAMMER OF JUSTICE serait grandement handicapé.

Le vaisseau capital sbleurg débarrasser temporairement de ce faiseur de trouble était à présent assez proche pour déverser tout son fiel sur l’impétueux REDEMPTION qui osait lever sa main ardente sur leur alliée.

_ Commandant l’ennemi va ouvrir un tir de semence sur notre position !
_ Valerius dérivez le 1/3 de la puissance des canons à protons de proue et de poupe dans le réacteur 3 ! Immédiatement !
_ On ne lui tire plus dessus Commandant ?
_ Utilisez nos canons à mitraille on a pas verser 500 000 crédit pour rien là dedans, arrosé moi ses ventouses. Ce n’est pas cette merde rampante auquel on va échapper mais a ce super croiseur, glissez nous entre ce monstre et leur canons d’artillerie, ils n’oseront pas ouvrir le feu sur leur alliés.
_ Commandant, leurs chasseurs et bombardier se dirigent sur nous ! Et je détecte plusieurs torpilles de gros calibre autoguidés de lancé !
_ Envoyés un message à nos chasseurs, qu’ils interceptent ces torpilles avant qu’elles ne nous touchent, sinon on est foutu.
_ Mais commandant, nous le sommes déjà …

Le sergent qui avait émis ces mots n’eut de réponse qu’une droite dans l’estomac avec le même impact qu’une charge de rhinocéros. L’amiral rouge de colère se retourna pour faire face à ses ennemis, ils tiendraient jusqu’au bout, la mort ne mettrait guère de temps pour le balayer d’un coup de faux. Sa seule alternative était d’occuper suffisamment longtemps les 2 colosses de métal et de chair pour laisser aux caridiens une brève échappée.
« Bon ça c’est fait, on en est où pour le plan B alors ? »
_ Le directeur du département bio vient de lâcher les 3 / 4 de la pharmacopée embarqué et rien n’a d’effet à part d’énerver la … le …
_ Oui bon LE TAS de GROX vous pouvez le dire Valerius , LE TAS DE GROX !
_ Voila … je vous mets en connexion.
_ Qu’est ce que vous me voulez encore ? Gronchonna l’homme de pette taille en agitant quelques éprouvettes au produit ambré pétillant.
_ Ça fait depuis 1 heure qu’on fait tout pour pas se faire bouffer ! Et votre boulot à vous c’est de crever cette vermine avec votre attirail de petit chimiste excentrique alors vous en êtes où bon sang ! Hurla d’une féroce voix l’amiral.
_ Olaaa elle va se calmer tout de suite la grande asperge, on lui a balancé tout ce qui trainait de l’eau de zawel, au four à micro onde bourré de bromure d’ethidium en passant par le cyanure, on peut pas vraiment dire qu’on ait d’antibiotiques adapté face à ce machin dehors.
_ Et ce que vous magouillez là ça va le poutrer pour de bon ?
_ Ça ? Vous êtes fou c’est de la bière que je viens de synthétiser, 18 ans que j’étais là-dessus et j’ai enfin réussi ! Le travail d’une vie entière et …
_ Ok boys, on va se la jouer autrement, amenez le nain dans le sabord 3, enfournez le dedans tête la 1ère et balancez le moi vers la saloperie visqueuse, il aura de quoi bouffer. Déclama calmement Ollington en coupant l’interphone.
_ Mais Amiral ! C’est notre seul homme s’y connaissant un tant soit peu en bactériologie !
_ J’ai jamais pu encadrer la biologie t’façon …
_ Ah vous aussi durant votre 2ème classe vous avez pas supporté la dissection du fenek …
_ Non c’est cette couillone de prof qui me faisait des misères soit disant que les vivisections de fenek étaient interdites par la loi de protection des espèces à pelages roux… Héhéhé qu’importe plus tard j’ai pu lui redécorer sa baraque avec des guirlandes de tripes de ses feneks domestiques.
_ Et qu’allons nous faire à présent Amiral tout notre armada laisse l’ennemi de marbre.
_ Allons Andouillette on va faire tout ce que bon caridien fait en de pareilles occasions.
_ On prend ses jambes à son coup ?
_ Une chamallow party ?
_ Une partouse pyjama hawaïenne ?
_ Une course de quenelle ?
_ NON voyons ! On demande l’avis du peuple voila ce qu’on fait. J’attends vos idées immédiatement pour dézinguer ce loukoum ! Allez soyez pas timide, tenez vous là bas.
_ euuuuh …. euuuuH… beeeen … euuuh… euuuuh…
_ Le voisin de gauche allez crache une idée, et fissa !
_ On pourrait utiliser un suppositoire géant et l’enfourner par un orifice quelconque pour le dissoudre de l’intérieur !
_ euuuuh… EuuuuuuH… euuuuuh…
_ Mauvaise réponse il a aucun orifice, la suivante.
_ On pourrait s’en servir comme mmmhh lubrifiant si vous voyez ce que je veux dire…
_ EUUUUUUUUUUUUUH…
_ Enseigne tu fermes ton claque merde avant que je te le fourre dans le secteur d’assainissement, et vous allez … oui, quoi Sproutch ?
_ Zi je puis me permettre amiral, on devrait tracter par un filet magnétique de type Ewelysson 87 l’amaz exobiologique inconnu, en reconfigurant les tuyères AmpsX96 et en rajuztant la filière photonique du conduit principal on passerait par une man½uvre Myztar G pour atteindre par une détonation zpatio entropique en fuzionnant la compozition intramoléculaire phozpholipidique avec les quarkz inverzement pozitronique de l’étoile mère de ce zyztème.
_ Je ne vous poserais qu’une question et une seule Sproutch. Pourquoi êtes-vous en train de savonner une abeille ?
_ Amiral AMIRAL !!! Le super croiseur sbleurg reconfigure sa direction, il va passer à 10.58.69 au quadrant 2 nous tomberons dessus dans moins de 7 mn ! Et sinon j’ai une de ces envies de me faire butiner le pistil moi. Gémit la responsable des radars.
_ Valerius une idée vite vite allez à vous !
_ Je propose de transférer des coordonnées d’attaque au SPIRIT OF UNIVERSE pour qu’ils alignent leur canon à antimatière sur notre cible et qu’il la vaporise.
_ Alors ça c’est vraiment une idée à la con, je me demande bien ce qu’on vous enseigne à l’académie ! C’est qui ça encore ? Quoi Docteur ?
_ Faut lui faire un frottis !
_ Foutez le camp de mon intercom avant que je vous éjecte à grand coup de pied dans le train ! Il reste une option, on l’entoure de torpille, on les fait péter simultanément et au lieu de le fragmenter on l’implose !
_ Et il se ratatinera comme un soufflé à la roxine !

Alors que sur la passerelle du REDEMPTION les neurones s’agitaient à toute berzingue dans l’espace cérébrale, d’autres flux menaient à bien leur destinée à l’extérieur de la coque.
De son cockpit Terenis Hawkins se battait avec son manche pour le stabiliser entre ses cuisses musclés, pendant que son copilote implorait Carida de mettre fin à sa vie rapidement et sans douleur si possible.
« Fuite de caramel sur le canon babord » Avertit l’intelligence artificielle.
_ Boudiouuu y a une grosse moissoneuse batteuse d’vant nous dis dont !
_ Mais quelle est connne Mais quelle est connne on fonce droit sur un super destroyer décroche MAIS Décroches !!!
_ Vidange de beurre dans le compartiment auxiliaire activé.
_ Et qu’est ce qui raconte celui là ! Pourquoi il restait qu’une IA issu de machine à pop corn pour nous ! On va crever ON VA CREVER !

Les canons de proximité du TYRANNIC fusillaient l’escadre du REDEMPTION assigné à la destruction des bombardiers torpilleurs. Le leader de l’escadre tué quelques minutes après le début des hostilités chaque chasseurs lourd était dans la confusion la plus totale luttant pour garder sa vie sauve plutôt qu’assouvir les ordres de leur supérieur.
Terenis parvint juste à temps à rétablir l’assiette et effectua une vrille et un demi looping pour frôler la carlingue du bâtiment tout en franchissant l’épais bouclier ennemi. Elle empoignait si fort le joystick de contrôle que ses pieds se retrouvèrent sur le tableau de bord et enclenchèrent différents boutons dont ceux actionnant le tir des roquettes. En position ventrale de l’appareil les deux fûts sortirent pour présenter leur contenu : des roquettes javelins. Secouer de toute part des rafales d’intercepteurs le fenek magique accroché au dessus du cockpit tomba sur le bouton de tir, les deux javelins fusèrent simultanément remontant la coque du TYRANNIC alors que la pilote caridienne avait réussi à dévier de sa trajectoire pour fuir les tirs du bâtiment lourd.
L’une des ogives s’encastra dans une tourelle sur sa route, et l’explosion dévia la deuxième roquette qui pénétra dans le conduit d’élimination des déchets. La seconde déflagration eu lieu près du système de refroidissement pulvérisant avec lui le réseau hydraulique. Quelques minutes plus tard alors que le noyau énergétique du super destroyer surchauffa, le bâtiment explosa.
Terenis Hawkins par une trainée de juron de son patois natal débuta le deuxième couplet de la chanson paillarde : « Manon la soubrette aime les chouquettes », tout en flinguant ce qui était à portée de viseur.

Le SLIME OF GORLUS avait une vue dégagé de sa cible. Le REDEMPTION apparu à sa droite derrière cette petite lune organique explosant de part et d’autres sous les shrapnels des canons à mitraille.
Les terribles canons d’artillerie furent réarmés pour un unique tir suppresseur capable de briser la plus résistante des nefs de guerre.
Le gouverneur du navire donna l’ordre de faire feu sur la cible dès que la visée serait optimale : dans une dizaine de seconde.

Les radars se brouillèrent un temps.

Le détecteur de champs électro magnétique s’affola.

Le compteur Geiger vrilla dans le rouge lorsqu’une nuée de rayons gamma s’échappèrent d’une déchirure spatio temporelle juste au dessus du SLIME OF GORLUS.

D’une toute autre dimension s’échappèrent cote à cote LEVIATHAN et HEARTS OF SEAS. Des tubes ventraux fusèrent des dizaines de torpilles à proton se fracassant contre le bouclier ennemi. Par le souffle des explosions les tourelles dorsales furent balayés et l’inclinaison du croiseur lourd se modifia de quelques degrés. Les canons d’artillerie avaient tiré au même moment, et alors qu’un obus frôla le REDEMPTION en emportant le radar de proue avec, les deux autres pénétrèrent le c½ur de la bête. On put entendre la douleur des milliards d’organisme brulés sur le coup.
Activant les mêmes verrous électro magnétiques que pour se coupler au REDEMPTION les deux bâtiments pirates se soudèrent sur la colonne vertébrale du navire sbleurgs. Les cloisons éclatèrent à coup d’explosif lorsque la voix du capitaine Dane Flemmings résonna sous un « A L’ABORDAGE » des plus virulents.

Ce même capitaine savait quelques dizaines de minutes auparavant qu’il aurait été inconcevable d’attaquer le colosse de métal de front, c’est pourquoi avait opté pour un assaut tout autre. Flemmings connaissait la faiblesse des supers croiseurs sbleurgs le haut de la poupe, et il n’était pas en bonne position la dernière fois. Les pirates sont les maitres incontesté du combat rapproché et en utilisant la propulsion ionique il allait faire sienne l’issue de ce combat. Telle une chenille pleine de vigueur deux guêpes meurtrières venaient de pondre en son sein, et lentement se déversaient un inexorable poison rongeant et terrassant les entrailles de la proie.

Le lieutenant Bédivère fut la première à aborder, menant les hommes du HEARTS OF SEAS en plein c½ur sbleurg. Elle avait ce pouvoir de transmettre à ses compagnons sa hargne du combat. Elle possédait sur chaque bras une arme réservée à l’élite des pirates : le Cynitar. Un calibre lourd chargé de cartouches à impulsions sur lequel était fixée une lame courbe d’une cinquantaine de centimètre. Fixé latéralement à la fois sur le pistolet et sur le coude des lanières enlaçaient un bouclier énergétique ovale destiné à contrer les tirs de lasers ennemis. Certaines rumeurs chez les pirates narrent que c’est le lieutenant Bedivère qui a enseigné à son capitaine tout l’art du Cynitar et qu’ils s’agissaient de spectres de défunts flibustier qui lui avaient enseigné à elle son maniement. Nul ne savait d’où lui venait une pareille maitrise mais nombreux sont ceux l’ayant vu s’entrainer ou se battre en parlant à d’invisibles présence.

Les premiers tirs sbleurgs déferlèrent sur sa gauche. Appuyé sur sa jambe elle para aisément en retroussant ses bras sur elle. Les tirs ricochèrent sur les boucliers désormais bleutés, alors que le lieutenant ne quittait des yeux ses proies. Elle allongea ses membres et décocha de ses tirs précis, ses assaillants tombèrent au sol l’un après l’autre. De par sa fougue ses hommes la suivirent à travers les couloirs et se divisèrent pour couvrir plus de terrain.
Une importante escouade les attendait à un détour. Bédivère déboula dans le couloir et roula à terre en se protégeant de ses armes. Le déluge de tirs se répercuta sur la phase énergétique saphir. Caché par le couloir ses frères d’armes la regardaient, stupéfait, serrer les dents et psalmodiant des paroles d’un langage inconnu. Puis ils frissonnèrent en observant son regard ; s’ensuivit un signe de tête de sa part. Le premier pirate saisie à sa ceinture une grenade incendiaire.

Des jets de napalm jaillirent de l’attroupement central sbleurg suite au lancer, semant la panique et la confusion dans les rangs ennemi.

Perdu parmis les flammes aveuglantes un premier sbleurg sentit un objet gelée profondément ancré en lui. Il baissa les yeux jusqu’à tomber sur la lame avant de s’écrouler. Bédivère se fraya un passage à travers la fumée par des moulinets d’une précision d’orfèvre sachant parfaitement où se situaient les points vitaux sbleurgs. Ses 2 sabres courbés sifflaient dans les airs, alors qu’elle continuait d’avancer les yeux fermés et leva finalement ses deux armes vers le chef de la sécurité s’enfuyant par une coursive.
Du bout de ses mains les gâchettes furent pressées sans aucune pitié et le fugitif fut criblé d’une dizaine de balles à impulsions.
Les nimbes de combustion dégagés, les pirates sortirent de leur cachette toutes armes dehors. Ils ne virent qu’une vingtaine de cadavre aux viscères dégoulinant dans le large couloir, et leur lieutenant marchant d’un pas décidé vers le pont principal.

_ Vous avez vu ça Amiral…
_ On dirait bien que ce vieux Dane veut se payer un nouveau navire, espérons qu’il retarde suffisamment le reste de leur flotte.
_ Et notre flotte Amiral ! Mes voyants sont couverts de signaux de détresse ! Nos vaisseaux tombent l’un après l’autre ! Même le SPIRIT OF UNIVERSE subit de lourds dégâts il ne va pas tarder à perdre son bouclier ! Le HAMMER OF JUSTICE vient de nous avertir que son propulseur principal est reparti mais qu’il doit faire face à 2 destroyers lourds et un croiseur lourd !
_ On a plus le choix, il faut leur venir en aide Amiral !
_ Non Valerius, notre mission est de renvoyer cette chose des enfers dont elle provient et j’ai ses billets dans ma main, on ne va certainement pas la faire attendre.
Braqué tout nos canons dessus on va déjà lui donner de quoi bouffer !

A plusieurs kilomètres de là, les derniers survivants Smuc, Astien et Caridien menaient un combat désespéré, encerclés par des dizaines de navires sbleurgs lourds.
Toute leur énergie était concentrée dans leur bouclier qui allait s’effondrer d’un instant à l’autre, seul les caridiens gardaient encore une part d’énergie pour actionner leur armement ébréchant légèrement le croiseur lourd le plus proche le : SUPPRESSION OF HOPE.

Du haut de leur passerelle les dirigeant sbleurg de la 6ème flotte se gaussaient dans un entremêlas de pus et de bave de l’écrabouillement complets de ses forces si misérables.
Les boucliers du navire Astien le plus exposé fléchirent et en quelques secondes les tirs sbleurg criblèrent sa coque d’impact ne tardant pas à le transformer en gruyère.
Son capitaine effectua la man½uvre désespéré de s’encastrer dans le premier sbleurg venu mais à mi chemin une torpille scinda en 2 parties le valeureux navire qui s’émietta de plus belle. Les derniers résistants savaient dorénavant ce qui les attendait, ce n’était qu’une question de minute.

Un écho radar bipa sur la passerelle du SPIRIT OF UNIVERSE. Le lieutenant chargé de ce poste observa le quadrant d’où provenait le signal et leva un sourcil interrogateur devant l’absence de toute présence dans ce quadrant.
Il se préoccupa davantage des impacts d’obus énergétique sur la coque et considéra ce bug due à une surchauffe de système. De toute façon ils allaient claquer et la pose syndical n’allait pas tarder à sonner, alors autant prendre un dernier cawax avant de rendre l’âme. Il envoya ainsi valdinguer son casque pour gagner le pont supérieur parmi les voyants rouge écarlate et l’affolement général.
Un deuxième bip résonna à travers le casque, puis un autre, et un autre. Le signal était à présent continu et l’écran du radar passif couvert de point tous rassemblé au même endroit : l’étau sbleurg.

Le deuxième navire voguant sur les berges du styx fut Smuc. Les sbleurgs resserraient alors doucement leur cercle mortuaire pour obliger les derniers combattants à se colmater les uns sur les autres afin que le prochain vaisseau explosant entraine le dernier bastion de résistance dans sa chute.

Smucs, Astiens et Caridiens ressentirent tous alors un étrange picotement à travers leur derme. Leurs poils se dressèrent pour ceux qui détenaient un système pileux.
Au dessus d’eux un étrange grésillement se répandait, les signaux sonores rompirent leur tumulte et certains systèmes informatiques s’arrêtèrent d’eux même.

Une distorsion de l’espace temps comme celle provoqué par les pirates naquit.
Elle était d’une incomparable étendue, on pouvait même observer l’espace devenir encore plus obscurs et sombre en son centre.
Les feux de fusions des astres lumineux s’éteignirent un à un. Et des profondeurs de jadis et de toujours se propagea un éclair qui déchira le vide. D’autres puits dimensionnels s’alignèrent autour du plus grand et un véritable tonnerre se déchaina au dessus du massacre des sbleurgs.

Ils jaillirent de leurs abimes.

Le PURITY OF ANCHARAN , Bastion des Anchonien apparut. Suivit d’une constellation, un essaim, un milliers de navires.
Nul fois durant les croisades impériales on eut put voir la flotte Anchoniennes au complet, en ce jour elle apparut, et déchainera toute sa puissance.

L’arme principale du PURITY OF ANCHARAN déjà chargé libéra toute la puissance ultime de l’arsenal Anchonien. Une série de 8 huit canons lasers éclairèrent la coque du SUPPRESSION OF HOPE. La roue sur laquelle reposait les canons fit une rotation de plus en plus rapide les raies de lasers se mélangèrent jusqu’à ne former qu’un cylindre de photon. Le puits central du canon s’ouvrit alors et libéra les ions les plus répandus de l’univers, Carbonate, Nitrate, Calcium, Magnésium, Sodium, Chlore … Tous ses éléments primaire unirait leur propriété pour invoquer Thor en personne.
Le noyau mère du PURITY OF ANCHARAN conduit directement une part de l’énergie de la planète mère anchonienne jusqu’au canon.
Un éclair d’une puissance inouï se propagea à travers le cylindre de lumière voyageant parmi les ions libérés, canalisé par les lasers et s’immergea dans le SUPPRESSION OF HOPE.
La surpuissance électrique emmagasinée foudroya sur le coup les réserves énergétiques du super croiseur sbleurg qui explosa en une gerbe de métal incandescente.
Les vaisseaux sbleurgs adjacents à lui reçurent cette même décharge et s’embrasèrent à leur tour.

L’éclair en série Anchonien venait de faire son ½uvre.

Alors qu’en un tir 6 navires sbleurgs lourds s’étiolaient, le reste de la nouvelle flotte attaquait avec ardeur les sbleurgs tout en défendant leurs alliées.


Les anchoniens… ma foi un petit aparté s’impose pour évoquer ce peuple lointain. Et lecteurs si ça vous fait chier et bien zappez ce paragraphe je fais encore ce que je veux ! Hum hum, or donc les anchoniens…
Leur planète mère Ancharan avait subit durant sa création des malversations géomagnétiques telles que son atmosphère était continuellement emplit de charges électro statique.
La foudre régnait en maitre sur tout le globe de la petite planète verte. Des conditions des plus hostiles pour voir apparaître la vie. C’est dans ses lacs de méthane liquide à l’environnement de cyanure d’hydrogène qu’apparut les premiers protozoaires en très faibles nombre. Puis l’évolution pris son chemin, et de petites créatures à la peau bleuâtre de la moitié de la taille d’un homme apparurent progressivement.
Les Anchoniens ont inventé le paratonnerre bien avant que le premier caridien comprenne qu’en frappant un silex sur la tête du premier voisin venu était source d’hilarité.
Les éclairs sillonnant la planète était cause de 90 % de la mortalité de l’espère il faut dire. Dans ces contrées peu âpres à la vie ce peuple n’avait jamais connu de guerre fratricide, il s’était toujours uni pour faire face aux éléments.

Plusieurs millénaires suivirent, et leur science progressa, jusqu’à utiliser la force destructrice même de leur planète pour alimenter de titanesque batterie électrique.
C’est par ces accumulateurs énergétiques que les anchoniens s’élancèrent vers l’espace, destination finale de chaque peuple évolués.
D’un point de vue social, cet empire matriarcal (les mâles étaient de plus petites créatures faiblardes et les femelles avaient décidé d’un commun accord de se passer de leur service pour procréer) est enfermé dans une paranoïa extrême, se méfiant de tous les peuples avoisinants. En observant qu’ils n’étaient pas seule dans l’univers les anchoniens ont décidé de bâtir une grande flotte défensive mué par l’énergie même de leur planète. Un système d’armement reposant sur la férocité d’Ancharan fut façonné, puis la découverte du moteur ionique et de ses capacités à voyager d’un bout à l’autre de l’espace en utilisant les puits de vers assura une grande force de persuasion aux Anchonien durant la bataille d’Ephos les opposants aux Astiens et Sbleurgs.
La paranoïa conduisit les anchoniens à développer un réseau d’espionnage des plus perfectionnés de la galaxie, utilisant des armures biomécanique pour se mouvoir dans la forme de l’empire à espionner leur camouflage passé inaperçu.
Les relations diplomatiques restaient de l’ordre du si tu m’attaques pas je t’attaque pas c’est tout ce que je demande. Les anchoniens fermaient leur frontière à tout autre peuple et c’était extrêmement rare de voir des étrangers circulés parmi leurs étranges cités fongiformes. Ainsi le commerce était également peu vivace, et seuls en de rares occasions on échangés des dorées alimentaires contre des informations.
Les autres empires n’avait pu observer leur technologie à l’½uvre ou en comprendre le mécanisme tant le contre espionnage était actif.

D’un puits gravitationnel s’échappa à son tour la frégate HARMONY OF QUANTUM dirigé par l’ancien Antillus. A peine sorti le vaisseau se dirigea vers le REDEMPTION.
Un nouvel empire avait pris place sur l’échiquier et balaya plusieurs rangés de pion de son arrivé, les forces étaient à présent équitables, et le c½ur de la bataille débuta.


--------------------------------
J'ai envie de me pendre

Re: [1551]

Commandant Reavers

Voir son profil

Commandant Reavers

Activité : 1 / 5
Emissaire
125 messages postés


Posté le : 08/08/2007 à 18:49 (Lu 4895 fois)
Répondre
Citer

L’amiral Burkins était en train d’insulter les ingénieurs de la propulsion sur l’intercom. En effet les tirs ioniques que le HAMMER avait encaissés avaient empêché le mastodonte d’engager une lutte à mort avec le SLIME OF GORLUS. Burkins avait alors insulté la mère du commandant ennemi dans 57 langues galactiques différentes, dont 8 patois et une langue morte. Les croiseurs d’escortes du croiseur lourd sbleurg avait cerné le HAMMER, alors handicapé et empêcher tout tir sur le vaisseau qu’ils protégeaient.

_Alors ca revient cette propulsion nom di diou ! Vous êtes ingénieurs ou éleveur de patates ??
_On fait le maximum amiral, ca devrait revenir dans quelques secondes.

Et effectivement la propulsion du HAMMER repartis. Le capitaine du premier croiseur sbleurg fit alors une énorme et grossière erreur. Il plaça sont navire en hauteur par rapport au HAMMER afin de porter assistance à son vaisseau mère qui était abordé.

_Mais qu’est ce qu’il fou ce con ?
_Wes : il nous donne une opportunité de lui en mettre plein la gueule on dirait.
_Et ba il va être servit, ordre à toutes les batteries bâbord et dorsale de prendre son ventre pour cible.
Le vaisseau sbleurg s’était en effet très mal placé par rapport au HAMMER, se mettant dans la mire des batteries bâbord et dorsales. Les centaines de turbolasers du HAMMER ouvrirent le feu à l’unisson, faisant crépiter le bouclier ennemi, qui céda rapidement. Le ventre exposé et faible de l’ennemi fut déchiré par un feu salvateur qui réduisit en miette l’impudent.
_Bon ca c’est fait, on va quand même pas se laisser enmerder par un con !
_Le second croiseur bat en retraite vers ses lignes, amiral.
_Occupons nous de l’autre « censure des 57 jurons ».
_Apparemment le groupe de forban du Capitaine Flemmings les a abordé.
_Ha ba dis donc, on peut dire qu’ils sont du genre couillus ces gaillards la ! S’en prendre à un vaisseau de cette taille avec le peu d’Hommes dont ils disposent c’est plutôt pas mal. Mais vu le nombre de raclure de sbleurg à bord ils risquent fort de se faire eux même aborder. Hum…
_Que fait on amiral ?
_Jonhson envoyé un message à Flemmings, dite lui qu’il a 5 minutes pour rapatrier ses hommes à bord et foutre le camp de la zone aussi vite qu’il pourra.
_Que comptez vous faire ?
_Vu la position de faiblesse du croiseur sbleurg par rapport à nous, on va pouvoir le pilonner à l’artillerie navale tranquillement. Le temps qu’ils comprenne ce qu’il lui arrive, il sera trop tard pour lui héhé.
Le HAMMER était en position de pilonnage parfait. Le SLIM OF GORLUS était de dos et immobilisé. Les immenses tourelles d’artillerie navale pivotèrent en direction de l’ennemi abhorré, tel une meute de bêtes assoiffées de sang. Les puissants accumulateurs énergétiques commencèrent à emmagasiner l’énergie nécessaire à faire tirer les redoutables batteries. Tout ce qui serait en travers du tir de barrage serait immanquablement détruit par la puissance des tirs laser à haute puissance surchargé en mégonium.

A bord du PLAGUECLAW, l’horreur attendait le commando caridien. Grâce au pouvoir de Venus ils avaient pu évité pas mal de poste de défense sbleurg ainsi qu’un grand détour. Ils étaient proches du c½ur du sanctuaire de la bête. L’air était vicié et respirait le mal. Il s débouchèrent dans une grande salle sombre qui puait la mort.
_Beurrkk mais c’est quoi cette odeur. Analyse 1-A.
_Hémoglobine commandant.
_Du sang ? Pouhaa ca sent pas comme d’habitude. Et on marche sur une espèce de tapis mou gluant… Vraiment une espèce de merde ces sbleurgs. Eclairé moi mieux cette pièce, Yeld allez prendre position à l’autre bout de la pièce et… Hoooo !

Tout les caridiens s’exclamèrent en même temps alors que les faisceaux des lampes éclairaient la salle. Celle-ci était maculée de sang et d’autres substances gluantes inconnues. Partout gisaient les restes de jeunes caridiennes, démembrées, décapitées, déchiquetées. Le sang étrangement ne coagulais pas et tous avait du sang et des tripes jusqu’au mollet. Ces hommes endurcis par des années de combat eurent du mal à se retenir de vomir. Tous détournèrent le regard pour éviter d’y retrouver un proche. Après le dégoût et le chagrin, un autre sentiment s’empara des caridiens : une haine immense.
_Je jure de poursuivre les sbleurgs et de n’avoir de cesse de pourchasser leurs salles engeances tant qu’un seul respirera. Le rugissement approbateur du commando salua ce serment. Roger pris la parole.
_J’en ai vu des saloperie durant toutes ces années au service de l’empire, mais ça ca dépasse l’entendement. Y’a des règles de la guerre bon sang ! On massacre pas des pauvres jeunes femmes comme ça ! Elles ont été traitées comme des sales fennecs sauvages…
_Ces sales faces d’éponges vont payer ça de leur misérable vie.
Campé au milieu du carnage, mathilda regardait le macabre spectacle qui s’offrait à elle. Elle, représentante de l’amour et de la beauté était hébété devant cette boucherie. Son uniforme maculé de sang lui donnait un rendu surréaliste. Incapable de se retenir elle éclata en sanglot.
_Pourquoi ?? Murmura elle.
Reavers vint la consolé.
_Je suis désolé que tu ai à assister à ça.
_Gorlus doit payer !
_Ho oui il va payer, dussions nous tous y passer.
Après une dernière prière à Caridea, ils se remirent en route épris d’une juste fureur. Un dernier obstacle les séparait néanmoins de leur adversaire : une entité démoniaque difforme et tentaculaire gardait la porte des appartements de son maître.
_BEUHAHA GROBULUS ATTENDRE PETIT TAS DE VIANDE !!
_Tag connard, et un déluge de feu s’abattit sur la créature faisant voler des jets de pu et de mucus moisis.
_BEUHAHA TAS DE VIANDE RIEN POUVOIR CONTRE GROBULUS… JUSTE MOURIR. SUCER LA MOELLE DE VOS OS ET BOIRE SANG DANS CRANE DE VOUS.
_Toi bien parler la carida langue hein, niveau cp il me semble.
_GREUHAAAAA
La chose se précipita gauchement vers les caridiens, tous ses tentacules frétillant et fouettant l’air. Les soldats de choc TR-824 et KJ-116 périrent dans d’atroce souffrance lorsque le monstre rendit ses sucs gastrique hautement corrosif et bactériologique sur les deux malheureux. Les tirs de laser semblait ne pas affecter la bête et même les tirs d’armes de soutient l’entaillais à peine et même le pouvoir de Venus semblait inneficace.
_La on va avoir un souci commandant…
_Vous êtes d’une grande perspicacité Yeld.
_Oui ma grand mère me le rep... heu désolé commandant.
_JOUET CASSE !! Beugla la chose en démembrant un autre malheureux soldat de choc.
_Bon j’ai une idée Yeld, on va lui faire le coup de la brouette Sialagenes.
_Heu rappelez moi en quoi sa consiste…
_Je vous choppe par les jambes, vous avancez avec les mains, on attire son attention et HG-631 se propulse vers la gueule du monstre avec mon dos comme tremplin, y jette une bombe à fusion et TOUCHDOWN !
_En quoi c’est utile la phase ou je marche sur les mains pendant que vous me tenez les jambes ?
_Ba ca trouble l’adversaire qui ne voit pas le troisième venir.
_Ha vi c’est évident.
_Allez soldat en avant !
La brouette Sialagenes fut donc effectué de main de maître, on se serait presque cru au grand tournoi galactique de fistball. HG-631 se propulsa vers la gueule de la bête avec sa bombe à fusion… et fut avalé tout net.
_Heu commandant, vous ne lui avez pas dit de dégager au moment de jeter la bombe ?
_Et merdeeeee
_TAS DE VIANDE DONNER MANGER A GROBULUS BOUHAHA
_ bon la on court !

A l’interieur de l’immense sac digestif du monstre, HG-631 baignais dans le liquide corrosif, les restes d’un grox et d’une table en sapin de Melchesedeck. Les signeaux d’alerte de son armure signalais que les sucs gastriques allaient bientôt avoir raison de la protection en plastacier.
_Il est gentil le commandant mais si je fait peter la bombe, j’y passe aussi.
BIP BIP BIPPP
_Quoi que je risque d’y passer la aussi en faite. Bon ces quoi ces trucs dégueu la.
Il se mit à donner des coups de vibro baïonnette dans l’estomac du monstre, et fu asperger par encore plus de bille.
_Saloperie de xenos de merde. Rhaaa voilà qui ressemble à un organe, taillons dans le gras boudiouuuuuu.
HG-631 sectionna sans le savoir l’artère de fluide vitale vital de la bête, ainsi que son noyau nidus, qui lui permettait de garder pied dans le monde des mortels.
_BOUHAAA GROBULUS BOBO VENTREEEEEE
_Regardez commandant, on dirait qu’il va imploser !
Et en effet GROBULUS explosa aspergeant la salle de mucus et de gelé verdâtre. Et au milieu des restes du démon se trouvait HG-631, la baïonnette à la main.
_A mort les xenos gnééé.. Vais tous les crever... gnéé… ggghjj
_Bravo soldat !! Vous nous avez sortis du pétrin ! Enfin vous avez un peu dégueulasser tout le monde la avec votre excès de zèle mais bon je vous en veux pas.
_Merci commandant. Mais sauf votre respect c’est la dernière fois que je joue au fistball avec vous.
BIP BIP BIP BIP
_Ha oué merde la bombe.
Il la jeta contre la porte barrant l’accès à la salle du trône.
_Tous aux abris !! GET OUT OF THERE IT’S GONNA BOLLOW !!
_Yeld ? Faites moi penser à interdire les jeux vidéos terriens à bord du HAMMER, on a déjà suffisamment de code à la con.
BAOUMMMMMMMMMMMMMMMMMM
_HG-631 vous serrez décoré pour ça…
_Merci commandant.
_...Si on s’en sort
_Ha…
Le commando entra dans l’antre de l’immonde Gorlus, toutes armes chargées à bloc, bien décidé à exterminer la créature.
_Haaaa mes petits caridiens préférés.
_Immonde raclure tu vas t’en prendre plein la face.
_Allons allons un peu de tenue, qu’avons-nous la ? Ho le grand amiral Reavers en personne, et le général Yeld, que de beau monde. Y’a même Roger, et la petite pisseuse envoyé par votre poufiasse de déesse.
_Je vais te faire rendre gorge tes paroles démon !
_Hohoho vous êtes drôles en plus. Je vais prendre beaucoup de plaisir à vous tuer. Et je réserve un sort tout particulier à la garce bouhaha.
_Tu parles beaucoup je trouve, mais si tu es aussi faiblard que le tas de merde qu’on a dessouder devant la porte… J’ai connu des grox avec plus de tonus.
_Ha oui Grobulus, stupide mais utile. Vous savez combien de temps il m’a fallut pour invoquer ce bon à rien ?
_3 heures 27 minutes et 54 secondes.
_Comment le savez vous ?
_Service secret performant, ça aide. D’ailleurs mon petit doigt me dit que le tocard qui vous sert d’empereur va pas tarder à claquer.
_Votre petit doigt est performant aussi dis donc. Et vous pensez que la perte d’un de mes esclaves va m’affecter plus que ça ? Intéressant. Nous pourrions rester à débattre philosophie un moment mais j’ai une galaxie à asservir, des caridiens à exterminer, et des gueuses à trousser.
_Tout le monde feu à volonté !
Durant de longues minutes la pièce fut saturée des tirs de laser, de fusil anti émeute, de fusil à concussion, de grenade à plasma et à fusion, de rockets, de venus thunder zap et de fire chained of love. Quand la poussière retomba dans la salle, Gorlus se tenait intacte devant son trône, une immense lame suintante et rouillé loger dans un tentacule, ricanant et éructant.
_C’est tout ce que vous pouvez faire, pathétique mortel ?
_On pourrait vous passer la grand-mère de Yeld à l’intercom héhé.
_J’avais prévu cette éventualité, et je l’ai fait disparaître mouahahaha.
_Quoi !!! ESPECE DE MONSTRE NANNNNNNNN !!
Yeld s’élança contre le terrible avatar mais un tentacule l’assomma et l’envoya valser contre un mur.
_Suivant, hahaha
Et il s’élança vers les caridiens, son épée rouillée faisant répandre les entrailles de tous les hommes qu’il touchait. Reavers para un redoutable coup d’estoc qui aurait du le couper en deux mais un tentacule se joua de lui et l’envoya au sol.
_Pathétique, vous êtes pathétique.
_Sergent prévené l’équipe 2 de se préparer à tout faire sauter.
_Haha épargnez vous cette peine, leurs entrailles dégoulinent sur le c½ur du réacteurs. Et maintenant mortels, vous allez goûter à la toute puissance de ma magie.
Après avoir beugler dans un langage incompréhensible, il décocha une dizaine de traits d’énergie verdâtre qui frappèrent les caridiens. Ils ne resta plus des malheureux que des tas de chairs en décomposition.
_Mouhaha je m’amuse comme un petit fou, quel est le prochain à vouloir se faire éventrer ?
Et il se jeta sur les survivants du commando, bien décidé à vendre chèrement leurs peaux malgré l’horreur qui leur faisait face.

Non loin de là, à bord vaisseau amiral sbleurg, l’amiral Roblargus regardait d’un air satisfait le déroulement de la bataille.
_Tout cela est parfait.
Une enseigne l’interpella :
_Amiral, le vaisseau de l’empereur a été abordé et demande assistance.
_Ignorez le message.
_Bien amiral. Les anchoriens sont apparus comme prévu.
_Excellent, nous allons pouvoir passer à la 27me phases de notre plan. Je vais contacter la reine.
Roblargus se rendit dans ses appartements, plaça un cube sur le sol et l’activa.
L’image holographique d’une entité d’énergie pure apparut.
_Je t’ai déjà dit d’enlever ton camouflage quand tu t’adresses à moi Malganis !
_Oui ma reine.
Roblargus alias Malganis reprit sa forme originelle d’être d’énergie.
_Bien où en sont nos opérations dans ce secteur ?
_L’empire caridien et sbleurg sont tout deux au bord du gouffre ma reine. Le conflit a dégénéré au-delà de toutes nos espérances. Quel que soit le vainqueur, il en ressortira exsangue. Et leurs voisins sont eux aussi affecté.
_Excellent Malganis. Nous avons finis l’assimilation totale de Lyandis et la flotte se regroupe sous la tranche médiane de cette galaxie. Ne me déçois pas malganis, nous attendrons ton signale. Et ne te révèle pas. Nous aurons besoin d’assimiler toute l’énergie de cette galaxie, inutile de précipiter les choses.
_Ton verbe est mon ordre, ho ma reine.
Le faux roblargus retrouva sa forme sbleurg et repartit diriger le cour de la bataille à sa guise.


Pages:  << [1-10] 11 12 >>

Retour au forumNouveau sujetInscriptionIdentificationChanger le mode (Arborescence/Tableau)Recharger la première page du forumFaire une rechercheListe des membresInformations & statistiques

Ajouter une réponse

Vous écrivez en tant que :  Login :   Password :
Titre de votre message :
Corps de votre message :

 [citation] [image] [flash]

 [gras] [italique] [souligné]
 [barré] [exposant] [indice]
 [grandir] [reduire] [code]

 [noir] [blanc] [jaune] [orange]
 [rouge] [violet] [bleu] [vert]

   Prévisualiser le message

12345678910
AA1A2A3A4A5A6A7A8A9A10
BB1B2B3B4B5B6B7B8B9B10
CC1C2C3C4C5C6C7C8C9C10
DD1D2D3D4D5D6D7D8D9D10
EE1E2E3E4E5E6E7E8E9E10
FF1F2F3F4F5F6F7F8F9F10

Valider

Obtenez votre forum Aztek sur http://www.forum-aztek.com - Soutenez nous : Annonces locations vacances
Location vacances - Locations vacances - Administration - MyStats
Aztek Forum V4.00 Copyright (C) 2003 - Liens - Page générée en 0.9712 seconde avec 14 requêtes